Le Sportnographe

Réjean Tremblay et (la moitié de) ceux qui dénigrent les joueurs de hockey

Ce matin au 98,5 FM (MP3), Réjean Tremblay était très fâché après avoir lu dans La Presse la lettre d’une “femme d’affaire” qui se désolait du retour des partisans au Centre Bell. Ce passage l’a particulièrement insulté :

“Le hockey n’est composé en réalité que d’individus pourvus du talent particulier de lancer une rondelle dans un filet… et d’empocher des milliers et des milliers de dollars pour leur « exploit »!”

Pas un mot par contre à propos de Richard Martineau (qui écrit dans le même journal que M. Tremblay) qui y va ce matin d’une jolie métaphore sur les danseuses nues. On note ce passage :

“Vous êtes sûrs que les hockeyeurs que vous applaudissez tous les samedis soirs ont de l’estime pour vous. Mais, dans le fond, ce n’est pas vrai : tout ce que ces athlètes veulent, c’est votre fric. Vous avez beau aller voir votre club préféré une fois par semaine, porter le chandail de votre joueur fétiche à votre travail et tapisser les murs de votre chambre d’affiches géantes aux couleurs de votre équipe, vous n’êtes rien d’autre qu’un pauvre Johnny qui pense que, parce qu’une belle danseuse se trémousse les fesses deux heures devant sa face, il va finir par coucher avec elle. Pauvre, pauvre fan…”

Est-ce à dire que Réjean ne lit pas son propre journal ?

2 commentaires

Laisser un commentaire

  • Sachant que le journalisme sportif montréalais et la sainte-flanelle(les minuscules sont intentionnelles) couchent dans le même panier, il n’y a pas lieux de s’étonner que M.Tremblay puise dans sa légendaire flamboyance de carnaval pour défendre son précieux non’os(pron.nonosse).
    J’avoue que je n’ai pas pu me résoudre à écouter l’extrait jusqu’au bout, la ligue des vieilles poêlonnes, ou tout le monde est d’accord avec le pape, j’appelle pas ça du journalisme.
    Francine Laplante à exprimé son opinion avec respect et clarté et je suis assez d’accord avec ses propos.
    Martineau, bien que je n’approuve que très rarement ses interventions, a mis dans le mille cette fois-ci, me rappelant même une expérience personnelle, une soirée qui avait commencée avec un match Canadiens-Nordiques et qui s’était terminée au Folichon, sur le boulevard Hamel.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.