Le Sportnographe

La saison s’annonce spectaculaire

Montréal – Pendant que plusieurs effectuaient leur déménagement annuel, après avoir embauché votre gardien français favori un peu plus tôt cette semaine, Bob Gainey a finalement signé votre défenseur favori, Francis Bouillon. Bonne nouvelle, le Sportnographe serait tenté de dire oui devant votre soulagement. Car, bien qu’il soit petit, le numéro 51 de Canadien a toujours démontré sa fiabilité à la ligne bleue de Tricolore. Vous ne vouliez pas le voir partir, alors vous voilà rassuré. Canadien va bien. Cristobal Huet portera l’uniforme du bleu-blanc-rouge pour deux autres années et, à votre plus grand plaisir, il ne penserait pas à changer de numéro d’ici à la fin de son contrat. Une nouvelle équipe me direz-vous ? Un nouveau spectacle ? Pour le moment, il est encore trop tôt pour vous imposer notre façon de penser. Pendant que nos experts se font griller la moustache sur une plage dont on taira le nom afin de leur laisser un repos bien mérité, nos puissants ordinateurs calculent les échanges et les signatures qui auront lieu cet été et, présentement, ils nous ont annoncé plusieurs changements pour l’année prochaine. Vous voulez des exemples, alors voilà leurs prédictions. Pour un modique salaire d’environ 6,8 millions de dollars par année, le gardien Roberto Luongo protégerait le filet des Canucks qui, par la même occasion, se débarrasseraient de l’épineux Todd Bertuzzi. Il faut noter ici que Ed Jovanovski s’envolerait probablement vers Phoenix et que Willie Mitchell atterrirait à Vancouver afin d’y jouer du bon hockey. Le Tampa Bay échangerait sans doute à Columbus deux Fredrik afin de protéger sa cage avec le gardien Marc Denis. Il faut dire au passage que le grand Zdeno Chara quitterait Ottawa et irait s’établir à Boston et que Marc Savard l’imiterait en abandonnant Atlanta. Dans le même ordre d’idées, Scott Thornton aura l’occasion d’épater et d’éblouir Los Angeles, pendant que Pavel Kubina et Hal Gill s’habilleront dans le vestiaire du Toronto, les chanceux. Ici, il ne faut pas oublier de vous mentionner que l’ancien numéro 10 des sénateurs, Tyler Arnason, irait rejoindre le coloré José Théodore. Étonnament, nos ordinateurs ne se seraient pas trompés jusqu’ici. Mais je vous entends au loin me demander, mais Canadien, lui. Rien à signaler présentement. Curieusement, l’arrivée de Patrick Elias à Montréal a circulé dans les ordinateurs de la compétition. Or, c’était totalement faux, puisque, comme vous le savez, Elias portera encore le diabolique chandail du New Jersey. Alors que Martin Gerber, lui, habiterait le beau pays qu’est le Canada en s’installant à Ottawa, Brian Pothier empocherait dix millions sur une période de quatre ans en s’exécutant pour l’autre capitale, celle de Washington. Comme vous le constaterez, les choses bougeront chez vos adversaires.

Or, Canadien n’a peut-être pas besoin de ce vent de changements pour remporter la victoire. Cristobal Huet l’a dit : « L’équipe a bien joué et a démontré des signes encourageants pour l’avenir. » Chris Higgins a renchéri : « Nous serons encore plus affamés l’an prochain. » Jan Bulis l’a affirmé : « Jouer à Montréal est une opportunité que tout joueur devrait avoir la chance de connaître une fois dans sa carrière. » Et, moi, si Bulis l’affirme, je le crois, car, comme il l’a si bien exprimé, il a connu des années très spéciales avec Canadien. Le potentiel est peut-être là. Bien que Jan Bulis et son potentiel vont quitter le banc du Tricolore, Canadien pourrait peut-être remporter la coupe Stanley sans trop bouger. Caroline l’a dit. Canadien est une bonne équipe, peut-être même la plus difficile à battre dans les éliminatoires. Et, moi, vous me connaissez, si les champions de la grande ligue le disent, je le pense. Pendant que la majorité des équipes se refont une beauté en allant chercher des vedettes, Canadien embauche Bégin, Downey, Murray, Streit, Huet, Ferland et Bouillon et il repêche en passant les jeunes David Fisher, Ryan White, Pavel Valentenko et Cameron Cepek. Le premier choix du bleu-blanc-rouge a d’ailleurs déclaré qu’il était très content. C’est une excellente nouvelle, car, ici, au Sportnographe, nous aimons les joueurs contents. Il ne suffit pas d’avoir du talent, il faut aussi être heureux dans la vie. Pensez-y !

Vous pensez fort, mais, si ça ne vous dérange pas, je vais continuer. L’article est effectivement déjà long, mais les choses bougent tellement vite. Au moment d’écrire ces lignes, nos ordinateurs nous soulignent d’autres nouvelles importantes dans le monde du hockey. Ici, clignotant en vert, Mark Parrish s’établirait au Minnesota. Là, en gras, pour un peu moins d’un million, Patrick Lalime choisirait Chicago. En bas, en petits caractères, Johan Hedberg obtiendrait le prestigieux poste de gardien numéro 2 à Atlanta. En haut, en italique, la France aurait compté plus de buts que le Brésil et aurait donc remporté la victoire. En rouge, le défenseur Kim Johnsson irait rejoindre la nouvelle équipe de Keith Carney, le Wild. Dans une fenêtre toute fraîche, Jason Arnott accepterait une offre de cinq ans à Nashville et le beau Mike Sillinger s’installerait à New York afin de se rapprocher de sa future équipe, les Islanders.

Devant tous ces déménagements du 1er juillet, Canadien, lui, admire sa nouvelle équipe. Une équipe jeune et, d’une certaine façon, talentueuse. L’été s’annonce long, tous sont impatients de voir la prochaine saison. Or, les choses auraient beau changer ou le spectacle s’améliorer ou se détériorer, vous prendrez toujours pour Canadien. Pensez-y.

13 commentaires

Laisser un commentaire

  • « Cristobal Huet portera l’uniforme du bleu-blanc-rouge pour deux autres années et, à votre plus grand plaisir, il ne penserait pas à changer de numéro d’ici à la fin de son contrat. »

    On ne met jamais une virgule à la droite d’un « ET », mais à sa gauche seulement. De plus, les tirets dans bleu-blanc-rouge sont superflues puisque bleu-blanc-rouge agit comme simple adjectif dans ta construction.

    Bienvenue !

  • Pierre, retourne dans ton condo avenue Duluth manger du sushi… on parle de sportssss icitte… le sportnographe n’est pas un site sur la dernière dictée de Bernard Pivot, mais bien sur les dernières signatures d’agents libres que Gayyyney n’a pas fait, il fait quoi au juste Robert depuis le 1er juillet… ? ah oui, il fait rien…

  • Pourquoi donc s’empêrpétrer les pieds sur les fleurs de tapis avec des questions de français ou autre langue en moyen d’expression de dire des choses. Nous sommes tous ici dans le même but : 1- aider Canadien à devenir un club de hockey supérieur grâce à nos judicieux conseils destitués à Monsieur Gayney, le fin renard du hockey ; 2- aider Canadien à devenir LE meilleur club de hockey en se démontrant au monde du hockey comme les meilleurs partisans d’estrades renseignés sur le sport du hockey ; 3- aider Canadien à se mériter une magnifique Coupe Stanley en 4 matchs gagnés contre 0 perdu grâce à notre support athlétique indéfini et indéfaillible.

    Denis vous demande alors pourquoi se faire des pieds et des mains pour avoir le meilleur français quand le but dans la cible, c’est d’aider Canadien ? N’est-ce pas une perte en énergie que de se canaliser dans son français plutôt que de se cogiter le cerveau pour discerner un moyen d’aider Canadien dans sa croisade contre la Coupe Stanley ? Posez la question sans y répondre.

    Sportivement,

    Denis

    P.S. Merci de me publier.

  • En réponse à cette analyse pleine de vérités, Gillain aimerait partager des questionnements.
    Pourquoi Bob Gayné n’allèche t-il pas la passion des fans de Canadien ?
    Bob Gayné est-il trop sévère et trop juste dans sa vision de lui-même et de Canadien ?
    Bob Gayné a t-il les capacités intellectuelles qui lui permettent d’occuper un poste d’autorité pour Canadien ?
    Est-ce que l’ancien joueur et DG de Canadien, PEANUT, tire encore les ficelles secrètement dans l’entourage de Canadien ?

    En attendant la prochaine saison, un jour à la fois doux Jésus !

  • Faudrait peut-être comprendre un jour qu’un club qui peine à faire les séries de détail depuis 10 ans n’est peut-être pas la destination rêvée pour un joueur en quête d’autonomie.

  • Denis est complètement en désagrément avec vous monsieur Gillain quand vous énoncez votre opinion à savoir que Monsieur Gayney n’est qu’une marionnette dans la main de Peanut Houle. Le règne de Peanut sur le royaume de Canadien a duré juste assez de temps pour que les partisans de Canadien se réalisent que vendre de la bière et gérer Canadien ne sont pas des affaires semblables bien que pas incompatibles. Les partisans de Canadien ne soutiendraient pas que Peanut tire les ficelles de notre fin renard du hockey qu’est Monsieur Gayney, et ça, Monsieur Gillette le sait, alors il ne laissera jamais ça arriver. De toute manière, Monsieur Gayney, un vieux loup de mer du hockey sur glace, ne se laisserait jamais tirer les ficelles par un ancien représentant de la brasserie Molson tel que Peanut Houle.

    Concernant les supposés capacités intellectuelles de Monsieur Gayney, Denis est d’estime que Monsieur Gillain est complètement en manque de respect face à Monsieur Gayney. Denis dirait même jusqu’à dire que vos paroles sont engendrées par la jalousie et la haine. Qui compte est connaissant dans le monde du sport du hockey sait que Monsieur Gayney est tout une tête de hockey. Tous ceux qui l’ont vu exceller sur la patinoire avec pas de casque en savent quelque chose. On parle d’un joueur qui a quand même déjà produit 47 point en une saison (1980-1981) dans le hockey de la LNH alors que le sport du hockey à cette époque était beaucoup plus ouvert qu’aujourd’hui. Il fallait être plein de capacités intellectuelles pour produire autant.

    En plus, quand tous les jours dans les pratiques, on doit s’affronter quotidiennement avec des gardiens dans la trempe de Ken Dryden, Denis Herron et Michel « Bunny » Laroque, un joueur n’a pas le choix d’avoir une capacité intellectuelle puissante car on ne peut espérer battre de tels gardiens seulement avec ses habilités de mains et des bâtons de hockey.

    Sans rancune,

    Denis Moilou

  • Vous saurez M. Moilou que l’Idole de jeunesse de Gillain était justement PEANUT et qu’il ne le hais pas du tout, au contraire.

    Pour les capacités intellectuelles de M. Gayné, Gillain crois justement que le fait qu’il n’ait pas porté de casque ait fait en sorte de désagréger progressivement son cerveau au point qu’on pourrait maintenant le comparer avec ceux de Régis Lévesque, Gabriel Grégoire ou encore Normand Flynn.

    Cela amène Gillain à se questionner sur vous M. Moilou. Il semble extrêmement douteux qu’un homme qui s’exprime aussi bien que vous et qui connaît aussi bien l’histoire de Canadien ne reconnaisse pas l’immense contribution de PEANUT dans Canadien. Durant toute ces années, le discours médiocre et pauvre de PEANUT et ses pitoyables histoires de vendeux de bière ont faits en sorte que Canadien a rejoint plus d’amateurs dans la plèbe montréalaise.

    C’est maintenant Mr. Gillet et ses sous-fifres Boivin et Gayné qui en récoltent les fruits.

    Réjean forever !!

  • Est-ce que le Sportnographe pourrait fournir un traducteur langue de bois – français SVP ? Je suis convaincu de la justesse du débat. Seulement je saisis pas grand chose. M. Denis : Pouvez-vous vous exprimer dans une langue que le sportnographiste moyen pourrait comprendre. Même les commentaires sur l’article à Théo étaient plus compréhensibles.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.