Le Sportnographe
sportnographe
Accueil » Alex Kovalev » Je suis Michael Cammalleri

Je suis Michael Cammalleri

Photo : THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes
Photo : THE CANADIAN PRESS/Graham Hughes

Plusieurs se sont plaints depuis le premier juillet au sujet des acquisitions de Robert Gainey. “Les attaquants sont trop petits, les défenseurs sont trop gros, les Russes sont trop Russes” font partie des principales doléances des experts et du public, que nous aimons ici appeler “petit peuple qui ne connaît rien au hockey”.

Seulement, la première source de lamentation émane du fait qu’il y a tellement de nouveaux joueurs qu’il est impossible de s’identifier à cette équipe. Dire que Koivu avait ralenti, que Kovalev jouait un match sur deux, et que Kostopoulos cuisinait de bons souvlakis étaient devenus des automatismes. Et voilà qu’on nous dompe une bande d’inconnus avec des noms difficiles à retenir. Ça fait beaucoup de choses à penser à.

Mais bon, on s’est dit qu’on allait faire l’effort, et que “Hal Gill”, c’était un nom vraiment pas long à apprendre. Chose promise, chose due, chose faite, ou quelque chose comme ça. Or voilà-tu pas que Mike Cammalleri – pas un des plus faciles à mémoriser – nous annonce qu’il change de nom. “Je ne suis plus Mike Cammalleri, je suis Michael Cammalleri, en l’honneur de Michael Jackson”. Donnez-nous une chance Saint-Siffleux-d’Anatole !

Espérons que ça ne donnera pas des idées à Scotty Gomez, Briana Gionta, Sandro Kostitsyn ou encore Paulette Mara. On aimerait pouvoir se concentrer sur autre chose que vos noms messieurs. S’obstiner sur l’identité du gardien numéro un, par exemple…

7 commentaires

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi – Tome 2!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi!

Achetez le recueil de citations politique Le club des mal cités!

RSS Le club des mal cités

  • Gilles Proulx, qui tend la main
    Il parle de réconciliation, pourquoi est-ce qu’il parle pas des têtes carrées du Canada anglais et des animateurs des réseaux qui ont étudié les questions pour créer une provocation auprès du Québec et nous traiter de racistes. On parle de réconciliation, commençons donc par se réconcilier avec les blokes.
  • Jeff Fillion, à propos des jeunes qui ne savent pas faire fonctionner une tondeuse
    – L’évolution des sociétés, c’est une montagne. C’est comme un graphique de COVID. Ça monte, ça monte, ça monte, ça l’atteint un sommet, ça se met à descendre. Et ça finit comme les Romains. On finira pas nous autres à se pogner le sac comme ils ont fait, pis à prendre du vin à dix […]
  • Valérie Leboeuf, pas éveillée
    Le ton a monté à l’Assemblée nationale aujourd’hui alors que François Legault a reproché à Gabriel Nadeau-Dubois d’être un wok pour qui les valeurs québécoises n’ont pas d’importance.
  • François Legault, qui donne sa définition de woke
    Pour moi, un woke c’est quelqu’un qui veut nous faire sentir coupable de défendre la nation québécoise, de défendre ses valeurs comme on l’a fait avec la Loi 21. De défendre nos compétences.
  • François Legault, qui n’est pas woke
    Il parle de Maurice Duplessis, qui avait beaucoup de défauts, mais il défendait sa nation. Y’était pas un woke comme le chef de Québec solidaire.

Catégories

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.