Le Sportnographe
sportnographe
Accueil » Chapeau Richard ! » Une entrevue du Sportnographe : Au pays de Niklas Sundstrom

Une entrevue du Sportnographe : Au pays de Niklas Sundstrom

Alors que les feux de la rampe sont sur les étoiles de Canadiens, des joueurs comme Koivu ou Kovalev, Niklas Sundstrom n’est pas dérangé dans son petit coin de vestiaire par les journalistes alors qu’il fait bien les petites choses… Le Sportnographe l’a rencontré

Le Sportno : Bonjour Niklas, premièrement, comment tu vas ?

Niklas S. : J’aimerais dire que je vais pas si pire.

Le Sportno : Excellent.

Niklas : Oui.

Le Sportno : De quelle manière vis-tu depuis que tu porte le 37 pour le bleu-blanc ?

Niklas : Évidemment, ce n’est pas pareil. Disons que les choses à Montréal sont différentes qu’à San José par exemple. Ce n’est pas la même chose, effectivement.

Le Sportno : Effectivement. On critique souvent la manière dont tu as l’air de pas faire grand chose sur une glace de hockey. Pourquoi penses-tu ?

Niklas : C’est certain. Écoute, je crois sincèrement que je donne mon 110% pas mal souvent alors il est difficile de comprendre pourquoi. Il est certain que je ne suis pas un offensif.

Le Sportno : D’ailleurs, parce que tu as le sujet en main, on me note que tu as fini premier marqueur du championnat du monde junior en 1994. Quand es-tu devenu moins bon ?

Niklas : Oui. c’est certain que quand je suis arrivé à Montréal, je me suis senti menotté par Claude Julien. Mais je n’ai vraiment jamais été très bon. D’ailleurs j’ai terminé à égalité dans ce tournoi avec le magique Martin Gendron qui jouait pour Canada. Je n’ai vraiment jamais été un grand marqueur, c’était seulement parce que c’était pas une année avec des gros talents comme on dit.

Le Sportno : Ah ok. Je te remercie Niklas et juste avant de quitter, j’aimerais que tu puisses me dire comment tu fais pour pratiquer les petites choses…

Niklas : Ce n’est pas facile mais disons que je me pratique avec pas de rondelle. C’est de garder le focus comme on dit.

L’entrevue a été réalisée lors de la troisième période du match contre le Calgary alors que Niklas réchauffait le banc

4 commentaires

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi – Tome 2!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi!

Achetez le recueil de citations politique Le club des mal cités!

RSS Le club des mal cités

  • Dominic Maurais, populiste qui trouve le peuple pas intelligent
    Y’a 47% des Québécois qui appuient ce gouvernement-là. Collective low IQ. Oui, on a des qualités. On aime ça s’amuser. On aime rire, on aime rigoler, on aime la bonne bouffe, on aime la bonne chair. Mais collectivement, je me questionne ouvertement. Je pense vraiment qu’on a un quotient intellectuel collectif plus bas de la […]
  • Jeff Fillion, qui identifie un méchant en disant d’arrêter d’écouter ceux qui identifient des méchants
    Ce qu’on voit dans les médias depuis hier, ça montre qu’on est entourés de grosses têtes enflées méchantes. C’est des gens méchants que vous lisez, c’est des gens méchants qui vous guident à la télévision. Pis je suis pas certain que les Québécois ont cette méchanceté là en eux. Mais les gens que vous appréciez […]
  • Dominic Maurais, à propos de la vaccination obligatoire
    Moi je pense qu’on est carrément dans la méchanceté. C’est quoi la méchanceté? Tu commets sciemment un geste tout en sachant consciemment et pertinemment, l’impact de ce geste-là. C’est une attitude doctrinale et c’est une attitude méchante. La CAQ est dans la méchanceté. Y’a pas d’autre mot. Si vous avez un autre mot, amenez-le, là.
  • Lise Ravary, à propos du fils bisexuel de Superman qui trigger la droite
    Pour moi, ça contribue à faire monter une droite intolérante qui voit dans ce militantisme une attaque frontale contre toutes les valeurs humaines. Ça va trop vite!
  • Lise Ravary, à propos du fils bisexuel de Superman
    On sent que ce virage de la société vers, comment dirais-je, une identité plus ouverte, moins stéréotypée si on peut dire, ben c’est un peu la mode du jour. Je dis pas ça méchamment là. Mais que c’est un peu un courant du jour et que si t’embarques pas là-dedans, t’es un méchant.

Catégories

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.