Le Sportnographe

Un beau Tour de machine

Après que la poussière soit retombée sur le bitume chaud de France et après que les pneus des fous de la pédale aient arraché encore un peu de pierre sur les Champs qui en ont vraiment jusque là qu’on leur marchent dessus, on pourrait prendre une petite minute pour revenir sur quessé qui s’est passé dans ce beau mois de juillet dans le monde merveilleux de la drogue.

6. C’est le nombre de Tour de France au palmarès de Lance Armstrong. C’est d’ailleurs un excellent lubrifiant social que d’avoir ça dans son palmarès. “Moi c’est Lance et j’ai gagné 6 Tour de France”. Ça rime en plus, ce qui pourrait nous faire croire que c’est pour ça que Lance ne fait pas les autres courses importantes. Imaginez comment ça sonnerait : “Moi c’est Lance et j’ai gagné 6 Tour d’Espagne” Ça rime pas et en plus, l’Espagne ça fait un peu lâcheur depuis qu’ils sont partis d’Irak, là où les choses vont de mieux en mieux d’ailleurs. (Parlant d’Irak et des Américains, j’ai pu apprendre un autre scoop dans le monde du cyclisme. Il paraîtrait que ce soit effectivement le dernier Tour de France de Lance Armstrong car dès l’an prochain, les Américains ont prévu de renommer l’événement le Freedom Tour. Hein qu’on rit !)

“Faire croire” est d’ailleurs mon expression favorite depuis que j’ai complété la lecture du juteux L.A. Confidentiel, qui nous relate les relations pas toujours très judéo-chrétiennes de notre ami Lance lui-même en personne. Du jus, du bon jus plein de goût qui nous amène dans l’arrière scène du vélo, là où les vraies affaires se disent. D’ailleurs, si l’on écoutait un peu plus CHOI, probablement qu’on en saurait plus sur ces choses là, étant donné que c’est là que les “vraies affaires se jasent à Québec” (citation anonyme). Donc donc, pas trop long que l’on comprend ceci : pour rouler comme ça, faut ou bien avoir de très bons poumons conjugués avec une malformation cardiaque ainsi qu’un talent naturel hors du commun ajouté de quelques bols de bon Müesli banane et noix avec pas de miel, ou bien avoir recours à de bons petits médicaments qui se prennent pas seulement avec un petit verre d’eau Perrier . Qu’on se le dise également, notre ami Lance n’est pas un enfant de coeur débordant de générosité ni d’ailleurs de sincérité et encore moins de conséquence dans ses propos. Dit sèchement comme ça, il ferait un très bon politicien de centre droit genre Ariel ou Georges Doublevé. J’avancerais même qu’il a du Paul dans le nez que ça me surprendrait pas…

Trêve de discussion, disons que ce bouquin est à lire absolument si le vélo vous passionne ou si vous êtes en voie d’être un hématologue réputé. Soyez pas surpris s’il se retrouve dans les livres obligatoires lors de votre internat dans la prochaine année.

Sur ce, on se reparle vélo dès qu’un nouveau scandale éclate. Je vous laisse sur un autre scoop qui suscitera de l’impatience je le sens : un film sur l’histoire de Lance Armstrong est prévu pour 2006 avec Matt Damon dans le rôle titre. Le titre provisoire serait Saving The Private life of Lance ou encore The Legend of the Dopping Lance. Ha ha ha ha ha ha ha !

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.