Le Sportnographe

Tout sur Janne Niinimaa

Janne Niinimaa est né à Raahe, en Finlande, le 22 mai 1975. Il connait une enfance facile à jouer avec ses amis et à courir dans les champs de blé avec son chien Fiido. À l’âge de 8 ans, il apprend le dégagement non refusé, une technique qui mènera plus tard à son ascension, puis à sa chute. Au cours de l’adolescence, le petit Miinimaa se découvre une passion pour le heavy métal. Son rêve de faire un solo de guitare électrique devant une foule de poilus se brise lorsqu’on lui fait remarquer qu’il commence à faire de la calvitie.

Choisi en 2e ronde au repêchage de 1993, Niinimaa avait auparavant fait ses preuves avec le Jokerit Helsinki, bien longtemps avant que Pierre Dagenais aille y faire la pluie et le beau temps en compagnie du petit Jésus.

Dans la Ligne Nationale, ce beau grand blond de Niinimaa connait quelques saisons fort respectables chez le Edmonton avant d’amorcer sa descente dans l’enfer du mal, en passant par chez le Islanders, puis le Dallas.

Au début de la saison 2006-2007, Niinimaa est échangé à Canadien contre un certain Michel Ribeiro qui avait une petite tendance à se faire aller la calotte jusqu’au petit matin. En 41 matchs avec la Flanalette, Janne Niinimaa obtient trois points, dégage 231 fois de façon non refusée, et donne une grosse grippe à tous ses coéquipiers avec qui il mangeait de la pizza à la croûte au fromage marbré. Il coule maintenant des jours heureux avec le HC Davos en compagnie de son nouvel ami Alexandre Daigle, et on imagine que s’il avait été avec Canadien le 23 décembre dernier pour montrer de quel bois il se chauffe à son ancienne équipe, les choses auraient pu être différentes. Ça aurait probablement fini 7-1.

4 commentaires

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • François Legault, imaginatif
    – Écoutez, y’a personne qui a une job garantie à la CAQ. – Ben vous venez de dire, y’a pas personne qui a un futur ministre de la santé meilleur que Christian Dubé. – Ouais – Ben là, ben futur, ça veut dire qu’il va rester. – (…) – Si on a un dream team, […]
  • Jean-François Lisée, au sujet des autochtones
    Tsé cette idée, quand les autochtones parlent, c’est 100% vrai. Écoutez c’est 100% pour personne. C’est du racisme à l’envers de penser que les autochtones ont toujours raison.
  • Julie Dufour, mairesse de Saguenay, à propos du PIB
    La prochaine région où il faut investir, parce qu’on a tout pour augmenter le produit international brut du Québec et c’est une richesse collective.
  • Yves Désautels, surpris
    – Eille ça s’est bien passé avec Pénélope hier, pour souligner vos 45 ans de carrière à Radio-Canada?– J’ai été agréablement surpris, elle est très gentille Pénélope!– Ben là, voyons, vous avez été surpris de la gentillesse de Pénélope?– Non non, j’ai été surpris que ça s’est bien passé, elle est facile d’approche et vous […]
  • Pierre Paul-Hus, qui semble parler de lui-même
    Monsieur le Président, qu’est-ce que le wokisme? Au tout début, le terme woke était utilisé pour identifier une personne qui était consciente et offensée des injustices et des discriminations subies par les groupes minoritaires. Mais aujourd’hui c’est un mouvement qui s’approprie un concept à la base positif mais qui l’instrumentaliste à des fins politiques.

Catégories