Le Sportnographe

Quatre minutes négociables

Ici au Sportnographe, quand il est question de mettre la faute sur un dos pour une défaite, on choisit souvent celui de l’arbitre. C’est que le partisan moyen aime penser que les impondérables n’étaient pas du bord de Canadien, et nous, on aime le partisan moyen.

Mais disons que cette fois-ci, nos insinuations sont à peine démagogiques. En fin de troisième période hier, alors que Canadien se dirigeait allégrement vers une première victoire et que la haute direction du Sportnographe, réunis en retraite fermée sur le bord d’une rivière presque pas polluée, sabrait la Molson Export, un des arbitres s’est interposé entre nous et le bonheur fulgurant d’un deux points faciles.

Visiblement inspiré par le bâton de Daniel Brière logé dans l’entrecôte (en spécial cette semaine chez Bruno Heppell) d’un joueur de Canadien, l’arbitre siffla un arrêt de jeu et signifia à l’aide de ses quatre doigts (mais il en possède plus, quand même) que Brière s’en irait au cachot pour son geste pas trop trop gentil. Or le joueur du Buffalo, n’étant pas d’accord avec la décision, jugea bon d’aller négocier sa peine.

À ce moment, on s’est dit qu’il fallait ne pas avoir été à l’école longtemps pour penser que l’arbitre puisse modifier sa décision. Eh bien nous étions dans le champ. Qu’est-ce que Brière a bien pu dire à l’arbitre ? “C’est lui qui a commencé” ? “C’est pas de ma faute je l’avais pas vu” ? “Celui qui le dit, celui qui l’est” ? Toujours est-il qu’aucune punitance n’a été décernée au joueur étoile du Buffalo qui a poussé l’audace jusqu’à aller la mettre dedans quelque chose comme trois secondes plus tard. Quelqu’un peut nous expliquer ? Parce que hormis Jacques Demers après le match, il semble que personne n’ait jugé bon effectuer un suivi sur cette affaire.

Sinon, outre Souray qu’on voyait trop parce qu’il faisait des erreurs et Niniima qu’on ne voyait pas parce qu’il ne faisait rien, Canadien a offert une belle performance. On pense que l’oeil de Koivu doit être pas trop pire, puisque qu’il était toujours “blotti”, comme l’a dit Yvon Pednault, au bon endroit : au centre de la glace, dans le coin, dans l’enclave, sur le banc des joueurs, etc.

Enfin, on n’a pas trop compris ce que Ryder faisait en tirs de barrage. Tous savent que c’est le garbage goal qui fait les succès du newfie et que récréer des conditions de garbage goal en fusillade n’est pas une mince tâche. On s’ennuie de Pierre Dagenais.

5 commentaires

Laisser un commentaire

  • Sans vouloir mettre a en doute les sources, oh combien informées, du spornopgraph. Ici, on comprend RDS et YVON. Mais l’arbitre n’a pas sifflé de penalité… Le jeu a été arrêté parce que la sonette indiquant la fin de la 3e periode s’est mise à sonner sans arrêt. L’arbitre a arrêté la rencontre en raison de ca (on donnait déja la victoire à Canadien) et non en raison d’une penalité ! Durant cet arrêt, la porte du cachot s’est ouverte car Drury a demandé un changement de baton (vert), et lorsqu’on voyait Briere discuter avec l’arbitre, c’est parce qu’il se demandait comment l’arbitre a laissé passer l’accrochage contre Vanek en pleine échapée deux minutes plus tôt.
    Donc, il n’y a eu aucune penalité d’appelée contre Brière donc il n’a pas négocié avec l’arbitre pour s’en tirer.
    Sacré Yvon, c’était une situation beaucoup trop complexe pour lui !

  • Tabarouette, tu devrais t’inscrire à Sport Académie ! 😉 C’est très clair maintenant.

    C’est ça le problème, on a trouvé personne pour nous expliquer la patente… alors notre source, c’est pas de source.

    Merci !

  • Va falloir commencer à être poli avec M. Ryder, qui a trouvé le moyen de compter un garbage goal en échappée avec pas de joueur étendu sur le gardien pis pas de déviation sur genouillère plastifiée. Victoire par mise à mort du Toronto, gibier de potence s’il en est un !

  • Bonjours à tous !
    Mon bon ami Pednault le fin conaisseur de hockey depuis belle lurette, à expliquer a RIS dans la chronique Sous un autre angle, ce qui c’était passé. Enfin, j’en crois pas un mot, mais si Pednault le dit…sa nous donne encore plus le droit de douter…Donc, Mr. Yvon affirme que l’arbitre aurait dit a Daniel Brière que si les partisans du Buffalo n’arrètent pas de lancer des choses sur la glace, leur équipe serait puni et aurait droit à une penalité. Merci Yvon de nous avoir fait part de ta sagesse et ton talent de détective digne de Colombo !

  • Brière argumentait avec l’arbitre parce qu’il voulait que ce dernier soit plus clair quant à ses intentions. Parce que Dan le fulgurant savait très bien que l’équipe de RDS ne comprendrait “fuck all” (c’est de lui). On peut très lire sur ses lèvres, “j’exige, Kevin (Pollock), que tu prennes le téléphone pis que t’appelles Pierre Houde” (plus tard, on voit l’autre arbitre, Stéphane Auger corroborer les plaintes du capitaine).
    On dira ce qu’on voudra, c’est gars-là, malgré leurs millions, ont encore le coeur à bonne place.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.