Le Sportnographe

Quand Emelin n’est pas là, les souris dansent

yemelin

Cela fait maintenant l’unanimité : Canadien est en crise. Certains disent que c’est la faute à Carey Price, un gardien qu’on surnomme parfois “feu de paille” et parfois “Jésus Price”. Ça dépend si Canadien a gagné. Et Canadien n’a pas gagné depuis très très longtemps (deux matchs).

Pourtant, selon nous (pour l’instant), Budaj n’est pas la solution aux déboires de la Flanalette. Le problème de l’équipe se situe plutôt en défensive. Vous aurez compris que le coupable est Alexeï Emelin qui s’est décrunchiqué la jambe dans un accident de patinage.

Emelin a la réputation d’être assez violent et ses statistiques en matière de ramasser quelqu’un dans la bande sont éloquentes. Les adversaires, en arrivant dans le territoire de Canadien, stressés qu’ils sont, perdent totalement leurs moyens et la rondelle, ce qui les empêche évidemment de la lancer entre les jambières de Price.

Quand Emelin n’est pas là, les souris dansent, donc. Elles passent au travers de Nathan Beaulieu ou Davis Drewiske comme au travers d’un fromage dans la poêle. La solution? Euh… y’a pas vraiment de solution, à moins qu’Emelin ne joue en béquille. Ou que Michel Therrien mette Peter Budaj dans les buts?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.