Le Sportnographe

Plaidoyer pour un retour des prédictions de gardiens de buts

NDLR : Vous ne le savez peut-être pas, mais parmi les lecteurs du Sportnographe se trouvent de nombreuses mégavedettes qui connaissent leur hockey, comme Pierre Trudel, Claude Quenneville et Paris Hilton. Nous avons donc eu l’idée d’en inviter certains à nous soumettre leurs écrits, avec comme seule condition d’écrire Canadien avec pas de “Le”.

Le premier invité de cette série “Chroniqueur de concession” est Matthieu Simard. Matthieu est l’auteur de quatre romans publiés chez Stanké (à ne pas confondre avec Stanley), dont “Ça sent la coupe”, le journal d’un partisan de la Flanalette inspiré d’une saison de Canadien. À vous, Matthieu.

Tous ceux qui jouent au ballon-balai de façon compétitive (personne, donc) savent que parmi les arbitres qui sévissent dans ce sport oublié, on trouve le frère de Richard Sévigny. Absolument. Ainsi, dans la chambre des joueurs avant un match, quand on tente de se motiver sous la musique de Bundock et qu’un coéquipier demande qui officie en habit rayé ce soir (« qui c’qui reffe à soir ? »), et qu’un autre répond que c’est Sévigny (« c’est Sévigny »), on a invariablement droit à la merveilleuse anecdote au sujet de son frère, cerbère de Canadien dans les années 20, ou 80 (dépendant de mes sources). La citation du siècle (mais pas ce siècle-ci). « Lafleur va mettre Gretzky dans sa petite poche arrière », qu’il avait dit, le joyeux gardien aux pads brunes.

Or, l’histoire montre qu’il en fut tout autrement, sans préciser s’il s’est agi d’un problème au niveau de la petite poche elle-même, ou plutôt au niveau de la mise du présumé Polonais dans ladite poche. Canadien a perdu contre le Edmonton, en trois ou quatre, et Richard Sévigny a eu l’air fou au point d’avoir encore l’air fou au moment d’écrire ces lignes.

Puisque Canadien débutera les séries du détail d’un moment à l’autre, il serait de mise pour les gardiens d’y aller de prédictions inutiles, histoire de ressusciter un vieux slogan selon lequel, à moins d’avis contraire, la tradition continuerait. Je m’attends donc aux révélations suivantes. De la part de Carey Fisher Price : Dandenault va mettre Marc Savard dans sa petite poche arrière. Et de la part de Jaroslav Halak : la petite poche arrière de Michael Ryder va rester dans les estrades.

8 commentaires

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Catégories