Le Sportnographe

Ngoudjo : l’histoire d’une mâchoire de gypse

Si nous étions vantards, nous commencerions ce texte en vous disant qu’hier soir au Centre Bell, le moment fort de la soirée n’a pas été l’entrée de Ngoudjo dessus le ring, mais bien la circulation gauche-droite du logo du Sportnographe sur l’anneau publicitaire de puissance (nommée la Power Ring dans le milieu). Vous nous croyez pas, hein ? C’est pourtant bien vrai. Merci d’ailleurs au département des communications de Radio-Canada pour ce coup, disons, surprenant. Vous savez, des fois, y’a des choses qui ne sont pas comprenables comme qu’on dit, ce qui poussa d’ailleurs André Breton à écrire dans son Manifeste du surréalisme que “ce qu’il y a d’admirable dans le fantastique, c’est qu’il n’y a plus de fantastique : il n’y a que le réel.” Oui madame. Et c’est le genre d’affaires qu’on doit se tiendre pour dit.

Justement, s’il y en a qui ont des preuves de ça, on vous demanderait de nous les envoyer, car nous, on avait autre chose à faire hier soir comme, entre autres, dormir après avoir travaillé pas mal plus que 40 heures au cours de la dernière semaine.

Ngoudjo, donc.

Mais juste avant. On se demande souvent pourquoi les penseurs de la boxe ne sont pas enclins à ajuster leur sport (mettons) afin qu’il s’y donne davantage de K.O. Au hockey, ne veut-on pas qu’il se marque plus de buts ? Au baseball, qu’il se cogne davantage de circuits ?

Prenons la boxe en double. Me semble que ce serait pas pire. Ça ferait sans doute naître la technique sournoise du coup par derrière, ce qui entraînerait presque automatiquement une augmentation notoire des commotions cérébrales violentes ou encore, des morts instantanées. Aussi, l’idée de porter des gants comportant une couche de roches concassées pourrait s’avérer garante d’un succès majeur à ce sujet. Sans compter l’interdiction du port du mouthpiece et de la mâchoire d’acier. Un sport viril se doit d’être en mesure d’être à la hauteur des attentes qu’il crée chez l’amateur.

Bien sûr, vous pourrez toujours nous accuser de ne pas connaître ça la boxe. Nous vous répondrons en échange que c’est justement pour ça que nous n’avons absolument pas parlé du combat de Ngoudjo dans cet article. Le titre, c’était juste pour faire agace et améliorer notre page rank.

Nous sommes inattaquables.

On reconnecte un moment donné.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Catégories