Le Sportnographe

Monsieur le baron, Votre fidelité pour le Canadiens est-elle en train de vous rendre mou et amer ?

Évidemment Paul,

Aimer Canadien, ce n’est pas une mince affaire de chose.

Dans toute relation, comme qu’on dit souvent, il y a des hauts et des bas. Et il faut également faire le compromis parfois. Ce qui nous amène, par exemple, à devenir mou et amer.

Mais on est pas mou et amer tout le temps. Des fois on est dur et sucré.

C’est dans ces moments là qu’on se dit que c’est plaisant de prendre pour Canadien. Il ne faut jamais oublier ça. Même quand Canadien il perd contre le Islanders. Même quand.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.