Le Sportnographe

Louis Leblanc, l’arme de Canadien contre Sportnographe

Crédit photo : La Presse Canadienne, Ryan Remiorz.
Crédit photo : La Presse Canadienne, Ryan Remiorz.

On le sait tous, depuis 5 ans environ, Canadien a un nouvel ennemi. Non, ce n’est pas la possibilité que Nordiques revienne dans le décor. Non, ce n’est pas l’incapacité intrinsèque de Canadien à être bon. C’est Sportnographe lui-même, oui madame. Celui avec un t, car l’autre avec pas de, j’imagine que ça détend Robert Gainey quand ça fait 8 matchs que Price goale comme un cul.

Et Canadien est déterminé à nous gosser. Pour ce faire, le tricouleur s’est procuré cet été une nouvelle arme de destruction massive. Évidemment, je ne parle pas de Spacek à pointe en power play, mais bien de Louis Leblanc. Pensez-y. Chose est un intello. Pire, il ira pisser dedans les toilettes de Harvard cette année entre deux blocs du cours “Les paradis fiscaux : regard hégélien sur ce grand mythe post-moderne”. Et qu’y a-t-il de pire qu’un intello francophone repêché par Canadien en première ronde pour menacer l’avenir de Sportnographe ? “Ben Canadien lui-même”, de répondre Piquette. Maudit Piquette à marde. Oui, Canadien lui-même. Mais je vous ai pas posé de question, Yvan.

Louis Leblanc, donc. Qui dit intello dit maîtrise de la langue, instruction et réflexivité plus grande que celle d’un rat. Alors, que fera Sportnographe si Louis Leblanc perce l’alignement en 2014 ? Et si Canadien recrute des émules de Leblanc en 2010, 2011, 2012 et 2013 ? Hein ?

Évidemment, vous pourrez toujours me répondre que Leblanc risque de ne pas terminer son bacc et d’être promu sur le 4e trio de Canadien dès 2011, ce qui le priverait de tout plein de belles connaissances universitaires. Mais pis, ça, Munger a jamais terminé sa maîtrise et ça l’empêche pas de pivoter le premier trio de Sportnographe.

Té cas, moi je suis inquiet. D’autant plus que Marc Denis ne sera pas de retour à Hamilton cette saison et que la retraite lui pend au bout du nez comme une crotte de nez. Et comment s’exprime-t-il le beau Marc, hein ? C’est ça, très bien. Faque je serais pas surpris pantoute que Canadien convainque RDS de le recruter pour remplacer Jacques Demers entre les périodes afin de nous compliquer la tâche dans la réalisation des zappings audios de notre émission.

Canadien commence à piler sur le gros orteil de Sportnographe et ça, ça me met en sacrament, mes amis.

On reconnecte un moment donné.

7 commentaires

Laisser un commentaire

  • “C’est Sportnographe lui-même, oui madame. Celui avec un t, car l’autre avec pas de, j’imagine que ça détend Robert Gainey quand ça fait 8 matchs que Price goale comme un cul.”

    Digne du grand livre des talk-back de RDS.ca ça mon Meilleur!!

  • J’attends une conférence de presse avec un “Oué, cé sûr, comme disait Nietzsche, tsé, ce qui ne me tue pas me rend plus fort” ou “Tsé, Wittgenstein, lui il l’a vidé ta question”…

    Me semble que les journalistes se sentiraient obligé de devenir bons au hockey ou de disparaître dans un grand Sheol aux dents de sabre (ce qui ressemble étrangement au gouffre de Sarlacc maintenant que j’y pense – j’écris vraisemblablement plus vite que mon cerveau me lit, maintenant que j’y pense aussi).

  • Je pense que vous devez réagir et que Munger devrait finir sa maîtrise, comme ça il aura un diplôme d’avance sur Leblanc et les intellos du Sportnographe resteraient plus intellos que ceux du Céhache.

  • Et pis, y’a rien comme un diplôme honoris causa (pour ne rien dire des postes dans la magistrature fédérale) pour fermer la gueule des petits pense-bons fraîchement repêchés.

    Sportnographe devrait travailler au décrochage (sans mauvais jeu de mots et mes respects pour Real-finit pas sa thèse-Munger, merci au modérateur de me publier, avé Luke et Marie) d’un honoris causa. Me semble que ça brillerait avantageusement auprès du panache de Boris Richard.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.