Le Sportnographe

L’Impact des joueurs québécois

Vous êtes fatigués des sempiternels débats autour du nombre de joueurs Québécois chez Canadien ? Nous non plus. C’est pourquoi nous nous sommes dit qu’il faudrait peut-être parler d’autres choses pour faire changement un peu, comme le nombre de québécois chez l’Impact, tiens.

Vous le savez si vous écoutez notre émission de radio tapissée soccer d’un bout à l’autre : ça va pas bien pour l’Impact depuis la fameuse défaite contre le Santos Laguna. À part un incident victorieux de 4-0, les meilleurs matchs de l’Impact se sont soldés par le faramineux compte de 0-0, ce qui devrait assurément alimenter la haine du Paul Meilleur-Aucoin envers le ballon rond.

Mais où se situe le problème de l’Impact ? Les joueurs sont-ils sur la brosse ? Sont-ils victimes de la malédiction du 23 décembre, mais un 5 mars ? L’attaque à 11 est-elle en panne ? Dur à dire, surtout quand on ne connaît pas tellement ça, comme vous.

Non, le problème ne peut qu’originer du déficit de joueurs de chez nous sur le premier trio de l’équipe. Et venez pas nous dire que Pizzolito et Placentino sont des gars d’ici, on saurait pas quoi répondre.

Paraît que Lecavalier est disponible…

3 commentaires

Laisser un commentaire

  • Vous aurez probablement pas remarqué que le canon de mon avatar est celui d’une équipe de soccer. Tout ça pour dire que le soccer, je m’y autoproclame expert, plus qu’en Canadien en tout cas. S’il y a une chose que j’aime pas tellement, c’est le manque de créativité ; ça tombe ben, c’est justement le problème de Impact. Depuis la création de l’équipe, ce sont des Canadiens d’origine italienne qui s’en sont occupés. Pas que j’aie un problème avec ces gentils messieurs, mais il est reconnu à travers le monde que l’Italie pratique un soccer plutôt terne, ultra défensif, avec le plus de joueurs possible derrière le ballon. Mettons qu’on compare ça à la trappe ennuyeuse du Devils. Bref, fectivement, j’aimerais ben ça avoir plus de p’tits gars de chez nous, autant sur le terrain que dans le staff technique.

  • L’impact était meilleur quand Ribeiro était dans l’équipe. C’est PAREIL.

    Sauf que Canadien était pas bon avec Ribeiro, à bien y penser.

Infolettre

Flux Le club des mal cités

Catégories