Le Sportnographe

Les bons joueurs se font tous échanger partout autour de Montréal, mais sans jamais atterrir dans notre Centre Molson. Pensez-vous que Bob va bouger les pièces de son échiquier pour que Canadiens ramène la Stanley sur la Ste-Catherine ?

Ma chère Bridgette, d’abord, laissez-moi vous dire que vous êtes pas mal à côté avec votre histoire de Centre Molson. C’est presque criminel de ne pas appeler les choses par leur nom, surtout dans ce cas-ci. C’est qui qui paie le salaire de nos joueurs étoiles comme Niklas Sundstrom et Pierre Dagenais vous pensez ? Les petits caves qui achètent des tickets à 117,34$ pour assister à du dompage de puck pendant 60 minutes ? Sûrement pas !

C’est Bell, ma belle, et personne d’autre. C’est grâce à elle que l’on peut se vanter de trôner au neuvième rang de la conférence de l’Est et d’être capable de payer nos millionnaires qui se fendent le cul quotidiennement pour trouver un char à la mesure de leur fortune ou pour investir dans les paris sportifs illégaux. C’est risqué tout ça, madame. Si ce n’était de notre compagnie de téléphone numéro un, Canadien serait sûrement rétrogradé dans la ligue américaine. Cessez d’abjurer le nom du prestigieux Centre.

Est-ce que ça répond à votre question ?

1 commentaire

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.