Le Sportnographe
00135315

Les bagarres comme exutoire

Photo : CP Elise Amendola

Les gens en général ne sont pas du type à être bien au fait de leur ressentiment en dedans, comme dirait certains chanteurs de notre époque. Fectivement, refouler est très tendance au chapitre de l’homme de chez nous et avec le travail, la neige à pelleter et le petit dernier à changer de couche à toutes les deux heures, il reste peu de moment où il peut brailler comme un bébé naissant.

C’est pourquoi il existe le hockey de la Ligne Nationale. Car dans le hockey de la Ligne Nationale, toutes les émotions y passent. La joie, le bonheur, la peur et plein d’autres affaires. Mais surtout, surtout, du ressentiment en dedans qui veut sortir en dehors.

Et la bataille dans la Ligne Nationale, c’est tout ce qu’il reste aux Hommes de la terre pour faire sortir ce maudit ressentiment.

Prenez le match Boston-Montréal d’hier soir.

Du défoulatoire sur deux pattes.

De la bonne vieille bagarre de rue, du sang, des faces tappochées.

Un sentiment de libération.

Enfin.

Ainsi, l’Homme, souvent pris dans son dedans à donner des coups de marteau sur son établi dans son garage, pourra aujourd’hui sourire et flatter la tête des son petit gars, dans un bonheur complet.

Oui, la bagarre c’est important.

3 commentaires

Laisser un commentaire

  • Entendu vers 15 h 15 aujourd’hui sur Radio-Canada : Robert Frosi revient sur la bagarre ridicule d’hier soir. Il fait clairement référence à Benoît Brunet, sans le nommer, en se désolant des commentateurs qui parlent des “beaux jours de la rivalité Canadiens-Bruins” en voyant un spectacle aussi désolant. À propos de son incompréhension devant un tel comportement, M. Frosi ajoute que : “certaines personnes penseront que c’est une question culturelle, je leur répondrai que c’est une question d’éducation”. Ouch…

  • Le hockey (ou la bagarre, c’est la même affaire) comme exutoire, c’est comme une larme à deux tranchants qui, en coulant le long de notre joue nous déchire la peau de notre belle face pour en faire un triste pestacle. Oui, pestacle comme peste et comme talc que l’on applique sur la balafre de notre larme de bâton. Oui, larme de bâton car l’âme de bâton ça existe pas, sauf dans les bandes décimées. Ouin, décimées, man. Aujourd’hui, y a juste des petits comiques. C’était quoi le sujet, déjà ?

  • Pierre Trudel fait beaucoup de bruits de bouche (voir déglutition/problème de digestion) également. Bon, j’aurais du inscrire cette pensée suite à l’article précédent, mais personne ne l’aurait lu.

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Richard Martineau, qui a pensé à ça sur la bolle
    – Tu peux pas jouer du tambour africain, parce que c’est de l’appropriation, tu peux pas porter un kimono japonais, mais tu peux dire que t’es une femme. Ça y’a pas de problème […]. – Si t’avais à choisir d’être une femme, laquelle serais-tu? – […] Une italienne. – Une italienne? Longs cheveux noirs? – […]
  • Éric Duhaime, qui a la preuve que les immigrants s’intègrent au Québec
    C’est pas vrai qu’ils s’intègrent pas aux valeurs québécoise, c’est eux autres qui remplissent nos églises qui se sont vidées, faut jamais oublier ça!
  • Gabriel Nadeau-Dubois, qui gratte
    On est dans le sprint final, donc on gratte les dernières énergies dans le fond du tiroir à énergie.
  • Jean Boulay, presque élogieux envers François Legault
    J’ai eu un entretien avec François hier matin, on s’est expliqué, pis moi je fais parti de son équipe, je demeure toujours convaincu que c’est le meilleur chef d’État qu’on a eu dans les quatre dernières années.
  • Mathieu Bock-Côté, énervé à propos de Giorgia Meloni
    – Je serais curieux d’avoir tous ces chroniqueurs improvisés qui soudainement situent l’Italie sur une carte. Pour eux c’est une destination vacances, maintenant ils savent que c’est un pays politique. Je serais curieux de les entendre me définir ce qu’ils entendent par post-fascisme, je serais prêt à parier beaucoup qu’ils n’en savent rien. – Vous […]

Catégories