Le Sportnographe
sportnographe
Accueil » Alberto Contador » Le Sportnographe au Tour de France

Le Sportnographe au Tour de France

Photo : (AP Photo/Peter Dejong)
Photo : (AP Photo/Peter Dejong)

Ici, au Sportnographe, on n’est pas du genre a prendre ça relax dans vie. Par exemple, lorsque Paul Meilleur-Aucoin a eu une ablation des ovaires en mars dernier, il a pris deux heures de congé. Qu’on lui a facturé.

De fait, où suis-je se demande la plupart de mes fans? Eh bien non je ne suis pas en vacances comme certains pourraient le croire bien au contraire. Je suis dans les France en plein pendant le Tour de.

Pourquoi? Certainement pas pour composer des articles relax dans un camping à Molines en Queyras à 2000 mètres d’altitude. Non. L’objectif est clair : faire des tests pour voir si vraiment c’est pas facile de monter des montagnes en vélo.

Fait que quoi? Bin fait qu’à date c’est pas évident pantoute. Probablement du fait que je n’ai pas encore commencé mon traitement d’EPO. Et aussi parce que c’est juste pas évident tout court.

Par exemple, monter le Mont Ventoux, c’est pas facile parce que c’est venteux. Qui l’eut cru?

Cela dit, en attendant que mon expérience soit complétée, le Sportnographe s’attend à ce que je couvre le Tour de France, d’autant que je suis en France et que c’est le Tour. Des adons comme ça, ça s’invente pas.

Alors?

Bin alors trois victoires françaises, une guerre entre Armstrong et Contador, des adversaires tellement loin que si ça tente à quelqu’un de s’embarquer dans le Tour demain il a autant de chance que le gagnant de l’an dernier, Sastre, à plus de 3 minutes de Contador.

En attendant, j’espère qu’il fait beau au Québec parce qu’ici, bin y fait beau. J’ai même vu un cerf gambader à 2400 mètres d’altitude. Y doivent être en forme en tabarouette.

3 commentaires

Laisser un commentaire

  • Moi je tiens à dire que je suis passé devant le Garage Munger la semaine dernière à Chicoutimi alors que je traînais par là en vacances.

    Franchement, je pensais pas que ça existait pour vrai un nom de famille laitte de même.

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi – Tome 2!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi!

Achetez le recueil de citations politique Le club des mal cités!

RSS Le club des mal cités

  • Gilles Proulx, qui tend la main
    Il parle de réconciliation, pourquoi est-ce qu’il parle pas des têtes carrées du Canada anglais et des animateurs des réseaux qui ont étudié les questions pour créer une provocation auprès du Québec et nous traiter de racistes. On parle de réconciliation, commençons donc par se réconcilier avec les blokes.
  • Jeff Fillion, à propos des jeunes qui ne savent pas faire fonctionner une tondeuse
    – L’évolution des sociétés, c’est une montagne. C’est comme un graphique de COVID. Ça monte, ça monte, ça monte, ça l’atteint un sommet, ça se met à descendre. Et ça finit comme les Romains. On finira pas nous autres à se pogner le sac comme ils ont fait, pis à prendre du vin à dix […]
  • Valérie Leboeuf, pas éveillée
    Le ton a monté à l’Assemblée nationale aujourd’hui alors que François Legault a reproché à Gabriel Nadeau-Dubois d’être un wok pour qui les valeurs québécoises n’ont pas d’importance.
  • François Legault, qui donne sa définition de woke
    Pour moi, un woke c’est quelqu’un qui veut nous faire sentir coupable de défendre la nation québécoise, de défendre ses valeurs comme on l’a fait avec la Loi 21. De défendre nos compétences.
  • François Legault, qui n’est pas woke
    Il parle de Maurice Duplessis, qui avait beaucoup de défauts, mais il défendait sa nation. Y’était pas un woke comme le chef de Québec solidaire.

Catégories

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.