Le Sportnographe
sportnographe
Accueil » Chapeau Richard ! » Le sourire de Canadien

Le sourire de Canadien

Plusieurs facteurs peuvent expliquer le retour du sourire sur les vaillants visages des joueurs (ou jouteurs, comme on le disait en 1916) de Canadien. Certains vous diront que le phénomène doit être mis en relation avec le port dénué de veston du revêtement de Guy Carbonneau : « Je n’ai pas lu le règlement. Et puis il fait 85 degrés ». Ici, dans la salle de rédaction du Sportnographe, nous croyons plutôt que ce soudain sourire en forme de CH s’est déployé grâce à la petite virée dans un cinéma de Philadelphie que Robert Gainey a imposé à ses troupes à la fin du mois de janvier.

Mais bon, comme on vous le répète parfois quand on veut paraître modeste, qui sommes-nous pour proposer une explication différente de celle des experts de l’analyse sportive ? Ceux-ci ne croient pas vraiment en l’influence des journées couleur, pas plus qu’en la pertinence de regarder un bon film de cowboys homosexuels entre virils jouteurs pour remonter le moral. On voit plutôt dans la nouvelle attitude (qui change tout) de Canadien, le résultat de l’exécution précise des petites choses, et ce, malgré que l’expert en ce domaine, Niklas Sundstrom, jouait récemment dans les gradins.

Selon Guy Carbonneau, qui ne manque pas une occasion de nous rappeler qu’un match de hockey dure très exactement 60 minutes, le succès (duquel découle le sourire) émerge des « petits changements » et des « choses simples », idéalement dans la zone stratégique (ie. slot, zone dangereuse ou zone privilégiée). C’est tellement élémentaire qu’on y avait pas pensé avant.

Mise-à-jour

Le Sportnographe vient d’apprendre que Canadien a hier mangé des bons steaks saignants :

« Les joueurs du Canadien ont tenu un souper d’équipe au chic restaurant Burn’s de Tampa, le « steak house » le plus en vue dans les 30 villes de la LNH pour le charme de son décor, sa cave à vin qui regorge de trésors de grandes valeurs, et la qualité de la viande qui y est servie… »

Enfin on parle des vraies affaires.

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi – Tome 2!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi!

Achetez le recueil de citations politique Le club des mal cités!

Flux Le club des mal cités

  • Anne Casabonne, à propos du vaccin
    Faut prendre en considération que ce choix-là est fait par rapport à un acte médical irréversible.
  • Luc Ferrandez, ratatissé
    Je déteste cette femme comme je déteste son chef. Je les déteste parce que ce sont des destructeurs de démocratie. Ce sont des gens qui par leurs discours sapent la solidarité, sapent le peu de confiance qu’on peut avoir en l’état quand on en a. […] Cette personne-là, elle détruit la démocratie dans le sens […]
  • Anne Casabonne, à propos de François Le gros
    – Je sais pas si Anne tu as vu ce qui se passait là-dessus, qu’il y a de plus en plus de restaurateurs qui sont en train de se mobiliser un peu partout, mais c’est assez inquiétant là. – Ben là ça me fait encore brailler! – Ben voyons, pleure pas. – Mais c’est parce […]
  • Jeff Fillion, à propos des compétences d’Anne Casabonne
    C’est un bon coup pour Éric Duhaime, parce que c’est Mr. White qui me le disait tantôt. Il aurait pu prendre quelqu’un d’hyper compétent, un genre de, je sais pas moi, un spécialiste en santé pour l’installer là dans une élection partielle. Pis une personne inconnue, et ça n’aurait pas fait jaser du tout.
  • Anne Casabonne, à propos d’Alexis Cossette-Trudel
    – Les vrais complotistes, vous pensez quoi de ces gens-là, les Alexis Cossette-Trudel de ce monde par exemple, les Amélie Paul de ce monde. Votre opinion sur ces gens-là et leur discours, c’est quoi? – Ben là, jusqu’à date, y’a une affaire complotiste qu’ils ont dit qui s’avérait vraie. Que ça venait, que c’est un, […]

Catégories

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.