Le Sportnographe

Le repêchage ou l’art de construire une équipe payante au Scrabble.

Columbus. Plutôt cette saison, je me demandais c’était où Columbus.

Cette fois, j’y suis mais je ne sais toujours pas plus puisque l’avion volait trop haut et j’ai perdu l’autoroute après les chutes Niagara.

Question d’éloigner encore plus le public naturel du hockey de son produit, la NHL a désigné Columbus et son équipe de cols bleus pour y tenir la séance de repêchage des jeunes talents.

Être délégué par le Sportnographe est sans doute l’affectation de ma carrière. Je n’ai qu’un seul regret, je raterai le BBQ de Leblond prévu vendredi. Sorry Norm et salutations à ta dame.

Le repêchage cette année a quelque chose de particulier pour nous les journalistes. Il se déroule sur deux jours. C’est donc dire qu’on va coucher 2 nuits à l’hôtel. J’ai dû prévoir un double en caleçon, bas, cravate, chemise, veston et pantalon. Heureusement, comme j’ai couvert souvent des séries 4 de 7 qui ne finissent plus, j’ai l’habitude : J’ai toujours 2 kits pareils. Comme ça, si je renverse du ketchup sur ma cravate, je sors l’autre et hop ! Tide-To-Go n’est pas si efficace. J’ai déjà vu Don Cherry gratter son collet avec ça. Hi hi !


FRIDAY : D DAY FOR GAINEY

Vendredi, 2 fois plutôt qu’une, Bob Gainey aura à se lever, marcher vers l’estrade avec un chandail tricolore sous le bras, pencher la tête et dire un nom de joueur compliqué au micro. Bob a fait ses devoirs. Pendant que les autres jouaient aux séries, toute son équipe travaillait à décortiquer la prononciation exacte de chacun d’eux.

J’avoue que Canadien a fait du bon travail dans le passé. Au fil des ans, il nous a habitué à choisir des joueurs que Jacques Demers aurait sans doute laissé de côté.

Le repêchage de 2001 avait été de loin le meilleur. Komisarek, puis Perezhogin, Plekanec mais surtout Jarventie, Himelfarb et Ujcik. Savard avait trimé dur pour en arrivé là. Chapeau André.

Le défi est grand pour Gainey. 2007 offre une belle cuvée. Malheureusement, l’Américain VanRiemsdyk et le gardien suédois Gistedt seront choisis avant le 12e rang, celui de Canadien.

Oh ! Il pourrait nous déjouer et opter pour un David Perron ou un Keven Veilleux. J’en doute. Y’a encore trop de Van Duynhoven ou de Zackrisson dans le scouting report pour me prononcer.

Restera peut-être un gars de Montréal au nom éblouissant : Angelo Esposito. Celui que Casseau a attiré avec les Remparts de Québec à coup de bourses d’études réussira-t-il à convaincre son ami Carbonneau de prendre des crédits avec ? Peut-être. Son nom de 8 lettres est un minimum aux boutiques du Centre Bell pour faire des profits sur la vente des chandails officiels. Demandez-vous pas pourquoi Aebischer était souvent préféré à Huet cette saison.

Esposito ? Pourquoi pas ! À moins que, comme en 2003, un gars comme Oskari Korpikari soit encore disponible.

2 commentaires

Laisser un commentaire

  • C’est malheureux pour lui mais si Esposito s’appellait Whzangelhow Essspeausythow, il serait assuré d’une grande carrière avec Canadien. Mais, d’un autre côté c’est sûr qu’il ne pourrais jamais se trouver d’emplois dans le domaine de la santé ou de l’éduction au Québec. Ils n’aiment pas les “accomodés raisonnablement” le monde de ces Ministères là !

    By the way, on n’est pas invité au BBQ à Leblond nous autres ?

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.