Le Sportnographe

Le féminin l’emporte su le masculin

NDLR : Ici, au Sportnographe, après trois bières de Serge et un chips de Steve, le cholestérol monte et la tolérance diminue. Et au moment d’écrire ce texte, c’est au moins une douze de Serge saoûl que Paul s’était enfilée. Alors, le féminisme, il l’avait vous savez où.

Jamais personne ne dira que le hockey est un sport de tapette. Sauf Bobby Nadeau, peut-être. Et bien sûr, aucun bel humain ne dira qu’il s’agit d’un sport de femme. Bon point Alain. Or, si le hockey n’est pas un sport de tapette pas plus qu’un sport de femme, que vient faire la féminisation croissante de la langue hockey dans cet univers d’Aqua Velva et de six pouces bien placés ? Excellente question, Paul.

Soyons clairs. Que des experts (mettons) disent que Price a effectué « une belle arrêt » passe toujours. Qu’ils affirment que la venue de Hossa à Montréal aurait constitué « une bonne échange » passe encore. Mais qu’ils ne soient pas conséquents et disent qu’il s’agit « d’un but » et non « d’une but », ça suce.

Ça suce, d’une part, car on comprend pu. Mais ça, y en a qui comprennent jamais rien à rien pis qui occupent des postes vachement importants. D’autre part, ça suce parce qu’au fond, on le sait que ça s’en vient et que le prochain goon retraité à être transformé en goonaliste nous sortira « et c’est LA but ». À ce moment-là, nos droits d’homme seront bafoués. Et à ça, jamais, même s’il ne faut jamais dire jamais, nous dirons chapeau. D’accord avec toi, Benoît.

(Soulignons que nous avons utilisé ci-haut le mot « suce » à quelques reprises pour être mieux référencé dans Google).

Il y a déjà quelques jours que Piquette me fait signe d’aller au front et d’aller casser la gueule à tous ces joueurnalistes qui féminisent la langue hockey. Présentement, je résiste. Mais bientôt, je vais le quitter mon net pour aller leur montrer comment ça se dit « un bel arrêt ». La foule aura beau crizer, j’en serai que plus content.

Engagez le combat, qu’ils disaient.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

6 commentaires

Laisser un commentaire

  • moi j’pense qu’en autant que sportnographe sports reste LE et que stanley reste LA… pis que canadien reste sans le LE… pos de problème pour moi

  • Une très bonne analyse, chapeau !
    Et quand on pense que certains journalistes médiocres ont passé des semaines entières à nous parler de l’arrivée de “Marianne” Hossa, on soupçonne que la problème est criante.

    (c’est bien Alfredsson sur la photo —ou devrais-je dire Alfredsdottir ?)

  • Une bien belle article. Vous montrez que vous avez de la jugement masieur Meilleure-Àlacoin. C’est dommage qu’elle n’y en a pas plus des comme vous dans la monde de la journalisme sportive.

  • Selon Pirréyvon (en date du 3 avril, sur le tir manqué d’AK-46) il ne s’agit plus ce n’est plus un tir sur le poteau, mais un tir sur LA TIGE. Méfions nous, bientôt on nous annoncera qu’il faut prononcer Pierréyvonne.

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Catégories