Le Sportnographe

Le début de la fin pour Canadien

Vous vous êtes sans doute tous dit la même chose en voyant Canadien s’effondrer devant le tout-puissant Buffalo : “je me demande si cette année, le 23 décembre ne tomberait pas le 23 novembre… en tout cas, je vais aller me chercher une bière”. Très bonne observation.

Car contre Jocelyn Thibault (dont on avait d’ailleurs oublié l’existence et qui nous a rappelé de beaux souvenirs d’un Eric Weinrich qui dégage de façon belle et bien non refusée) Canadien a achevé de commencer à faire dur un peu. Michael Ryder a continué d’oublier de sortir les vidanges, et Saku Koivu patinait comme si la glace avait été resurfacée par la resurfaceuse des 4 Glaces de Brossard.

Les gardiens, “Jim” Carey “Jesus” Price et Cristobal Huet, n’ont rien fait pour contrer l’odeur de parfum de scandale controversé autour de la désignation du gardien numéro un. Ils ont tout deux perdu, et s’en sont fait enfilé un dans un filet qu’ils avaient déserté pour aller jaser avec leurs chums sur le banc.

Guy Carbonneau dans tout ça a recommencé à se faire aller le trio un peu n’importe comment, espérant que de remplacer un joueur poche par un autre joueur poche allait faire tourner le vent. D’ailleurs, et ça a plus ou moins rapport avec la phrase précédente, mais ne trouvez vous pas ça spécial un gars en complet cravate qui crache par terre ?

Non, clairement, vous l’aurez appris ici-même, c’est le début de la fin pour Canadien.

16 commentaires

Laisser un commentaire

  • Môôôôôsieur Piiiiiquette pour une fois, je vous trouve quelque peu négatif. N’auriez-vous pas écrit cet article après la caisse au complet ou sinon, est-ce à cause de la radio des sportifs de salon et ceux-ci qui déteignent sur vous ? Kanadien va vraiment bien, comme l’avait prédit BébéHabs, c’est une nouvelle saison et si la tendence se maintient, nous en aurons 5, soit 4 quarts et le détail.

  • Chaque année c’est la même histoire qui se répète : « Une fois c’t-un Kanadien qui commence la saison comme un requin. Survient le commencement du début de la fin. Puis finalement à la fin, le requin s’est fait tailler en morceau et termine en queue de poisson. »

  • Je ne crois pas que ce soit le début de la fin pour Canadien. Cette date est vraiment le 23 décembre. Par contre, ce que Canadein a fait en fin de semaine, c’est de vérifier s’il est encore capable de perdre plus qu’une partie de suite et quel est le meilleur moyen pour le faire. Je prédis que Canadien va connaître une bonne séquence jusqu’à la rencontre de Michel Ribeiro le 23 décembre.

  • ça me rappel la fameuse espression quand je vivais encore en région très éloignée et j’étions toujours fan des Nordiques :

    Dans les Thibault les meilleurs ongents !

    Est drôle hein ? A vient de Québec.

  • Effectivement, Canadien vient de se rappeler comment perdre deux matchs de suite. Maintenant, on lui suggère fortement de vérifier comment gagner 10 matchs de suite. Après, il pourra continuer ses expériences du comment perdre.

  • Cessons de tirer sur Canadien qui ne tire pas. Le Buffalo est trop fort pour Canadien. C’est tout. Il a beau placer son goaler de spare entre les poteaux pour Canadien, ça se termine en blanchissage pour le Buffalo. Trop forts, et ce, sans même Daniel -je préfère Philadelphie – Brière.

  • Pourquoi que c’est que c’est ca qui est ca pis que en meme temps ben tsé ben là ben…en fin d’compte que moi j’pense que…Shit !
    J’ai oublié c’que j’voulais dire. Excusez :o(

  • Qui compte est un fin connaisseur de hockey sait très bien que c’est par stratégie que Canadien simule son début de sa fin. Effectivement, tout le monde à travers NHL sait très bien ce qui s’est produit à Canadien après un pareil de début de saison l’an dernier : Canadien s’est effrondé après Noël suite à un début de saison ahurissant et une récolte de points amassés au classement général inespéré, bien que pas mathématiquement impossible. Robert Gainey, le fin renard du hockey sur glace nord-américain, sachant très bien à l’avance que les autres équipes composant NHL s’attendaient de voir Canadien se subir le même sort, a planifié une stratégie de hockey constituant à feindre le début de la fin de Canadien. Croyant s’attaquer à un malade en phase de terminal vivant sur du temps emprunté, les autres équipes de NHL s’affronteront le Canadien à la légère. Lorsque quand qu’ils les croiront au plancher, Robert Gainey donnera le signal secret à ses brebis de remettre la machine de Canadien en marche afin de se démontrer à ses rivaux de NHL comme la plus grande machine de hockey sur glace en Amérique du Nord, et possiblement même dans le monde. Tel un opposum simulant sa mort, Canadien sortira de son coma artificiel au moment de l’opportun pour continuer son chemin de Damas vers la Coupe Stanley Cup.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.