Le Sportnographe
PHOTO : CP Paul Chiasson

La bipolarité de Canadien, ça nous affecte tous

PHOTO : CP  Paul Chiasson

Il y a des partisans de Canadien, et je sais qu’ici il y en a plus d’un, qui se sentent tristes ce matin. Il se sentent las de voir Canadien, la Flanelle en culotte de velours, jouer de façon aléatoire, donner des performances indignes d’un flambeau meurtri, et qui n’ont pas de spectacle à donner que celui de se blesser de temps en temps ou de prendre des punitances inutiles.

Il y a des partisans de Canadien, et nous en sommes, qui n’en peuvent plus de voir Canadien jouer comme une équipe de grands chemins un samedi soir, et les voir jouer comme une bande d’Hal Gill en manque d’énergie le lendemain.

Il y a des gens qui, anciens partisans, regardent tous ces regards désolés et se disent : “c’est bien bon pour eux, ils n’ont qu’à les lâcher ces Canadiens. Il les rend triste.”

À tous ces gens, je dirai : vous avez raison. Vous avez raison de décrier Canadien. Vous avez raison de vous sentir perdus. Vous avez raison de rechercher le bonheur et de vous questionner sur ce que Canadien fait à ce chapitre dans vos vies.

Mais je leur dirai également ceci : Canadien est malade. Canadien est un bipolaire.

Si c’était moi qui l’avait dit, je vous comprendrais de douter. Mais ce sont tous les experts dans le monde du sport qui l’affirment. Canadien est bipolaire. De Vtélé à RDS à CKAC, on le dit et le redit, Canadien a des troubles de bipolarité. Et qui de mieux pour parler psychologie que des anciens sportifs/nouveaux journalistes?

Personne.

Alors soyez conscients que Canadien va pas bien et soyez indulgents. Canadien vous le rendra bien. Un m’ment d’né.

7 commentaires

Répondre à Arius Annuler la réponse.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.