Le Sportnographe

José vous paie des ailes

José Théodore, celui qui a fait les beaux jours du Sportnographe, était de retour en ville hier pour affronter son ancienne équipe. Comme pour nous rappeler le bon vieux temps, le pauvre bougre s’en est fait enfiler une belle filée dans une rencontre que l’on pourrait qualifier d’enlevante. On s’inquiète d’ailleurs pour la santé globale du Québec qui devra aujourd’hui se claquer les multiples ailes que Théo lui aura payées. On soupçonne l’histrionique gardien d’être rémunéré par un restaurateur adverse qui aurait le dessein machiavélique de ruiner ce monument de la gastronomie qu’est la Cage aux Sports.

Mais ce qui entretenait le suspens avant la rencontre était de savoir si oui ou non Théodore et Brisebois allaient se faire huer par la foule inintelligente. Au Sportnographe, on trouvait la question un peu niaiseuse : à la limite, on peut comprendre que les gens huent Brisebois parce qu’il n’était pas très bon AVEC Canadien (et là encore, il n’était pas si pire), mais une fois qu’il se retrouve CONTRE Canadien, ses faiblesses deviennent qualités. Brisebois nous semble un bon gars, il ne parle pas trop mal et il donne des foetoscopes aux petits enfants malades. Il n’y a aucune raison de le détester. Eh bien pour une rare fois (probablement la première), le Sportnographe s’était trompé. La masse des totons rassemblés au centre de la téléphonie Machin y est allée à fond la caisse lorsque le pauvre Patachou avait le disque. On va mettre ça sur le dos des anglais et de ceux qui font des commentaires sur le site de RDS, parce que ça ne peut pas être vous, hein ?

Heureusement que, comme l’a dit un analyste sportif qui connait ça assez pour être à tous les postes de télévision, de radio et dans les journaux, “c’était de bonne guerre et le tout s’est fait avec politesse”. D’ailleurs, on imagine que lorsque ce grand dadais de Sheldon Souray se fera déborder comme une fillette, vous le huerez poliment, maintenant qu’il est redevenu le défenseur offensif de puissance qu’on a jadis connu.

Sinon, chapeau à Sergei “le Lutin” Samsonov qui a marqué son deuxième, et à Chris Higgins qui s’impose comme un maudit bon joueur. Néanmoins, il faudrait faire attention avant de le qualifier de Mike Modano en devenir. Selon ce que nous avons appris cette semaine, Higgins serait un partenaire de poker de Mike Komisarek et de… Marijuana Ryder. Il faudra garder à l’oeil le petit pour qu’il ne sombre pas aussi dans l’enfer des drogues douces. Déjà qu’on le sait amateur de Bud Light. Il en va de même pour Komisarek, sauf que lui préfère la Coors Light.

9 commentaires

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Catégories