Le Sportnographe

Jacques Martin sera-t-il remplacé par un diplômé ?

photo : THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick
photo : THE CANADIAN PRESS/Sean Kilpatrick

La semaine dernière, on vous parlait de la possibilité pour Canadien de remplacer Robert Gainey par un robot. Et bien il semble que l’emploi de Jacques Martin soit aussi en jeu en raison de l’arrivée sur le marché de personnes intelligentes dotées de diplômes universitaires, en l’occurrence Guy Boucher. C’est ce que nous rapporte RueFrontenac : “Le Canadien a confié ses joueurs à un ingénieur“.

“Durant son dur cheminement dans les autobus du hockey junior, il lui est arrivé de se demander ce qu’il était venu faire dans cette galère, lui qui aurait facilement pu gagner sa vie comme ingénieur. L’homme à qui le Canadien a confié le développement de ses jeunes joueurs possède un bac en histoire, une mineure en biologie environnementale et une maîtrise en psychologie sportive.”

Oui, bon, aucun diplôme d’ingénieur là-dedans, mais Munger me susurre dans le creux de la messagerie instantanée que c’est probablement parce qu’on le voit comme un “génie”.

Mais où s’en va-t-on quand on pense remplacer Gainey par un robot, et Martin par quelqu’un avec des diplômes ? Faut être complètement déconnecté de la réalité du monde du sport dans lequel l’anti-intellectualisme, on ne sait même pas ce que ça veut dire ! En effet, comment traduire “Sergeï, what the fuck are you doing” en langage qui a de l’allure ? “Serge, vous me faites un peu penser à Simone de Beauvoir attendant en vain Jean-Paul Sartre” ? Voyons donc.

De toute façon, il ne faut jamais oublier que les deux dernières coupes de Canadien ont été remportées par des entraîneurs dont les “si” ne mangent pas les “raies”…

3 commentaires

Laisser un commentaire

  • Monsieur Piquette,

    Si on dit des belles phrases de mêmes Sergei, y comprendra rien parce qu’il ne parle pas français!

    Aussi, quelqu’un d’omniscient comme vous devrait savoir que ça ne prends pas juste des diplômes, y faut avoir un peu de bon sens au départ. La preuve, même si il a un bacc ès arts et un autre en pédagogie, le journaliste de Cyberpresse Michel Blanchard (celui qui a été méchant avec Breezer), se permet d’écrire un article intitulé “Les mangeux de merde” en bitchant sur Pat Burns à propos de son cancer. Pas chic…

  • Heureusement que M. Blanchard n’a pas d’espace pour accueillir les commentaires de ses éventuels lecteurs, parce que cet espace se remplirait rapidement de cochonnerie à hauteur de l’article commenté.

    Ce “journaliste” (ou plutôt : communicateur ou “bruiteur”) est particulièrement répugnant, sinon fou furieux.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.