Le Sportnographe

Halak me fait penser à moi quand j’étais petit

Crédit photo : AP Photo/Gene J. Puskar.
Crédit photo : AP Photo/Gene J. Puskar.

Halak est bon. Halak est meilleur que Price. Cela est une évidence et me rappelle mes belles années passées à Drummondville, la ville où tu arrêtes pisser sur la 20. Nous sommes en 1990 et dans ce quartier de maisons toutes pareilles, sauf trois qui coûtent vraiment les yeux de la tête, y’a, comment dire, deux gardiens 1A. Moi et un gars que nous appellerons Trou-de-pet pour des fins de conservation d’anonymat.

Évidemment, nous ne sommes pas vraiment gardiens de but. Non. Trou de pet et moi sommes simplement liés au destin de la vie parce que nous portons le même prénom et aussi parce qu’on est sans doute les 2 plus beaux gars de Drummondville de l’époque. Mais je suis plus petit et de ce fait, tous ont désigné Trou de pet comme le véritable gardien 1A. Or, y vient-ti pas un moment donné que votre Paul se fait offrir de sortir avec la plus belle fille de l’école. Évidemment, vous me connaissez, j’ai demandé : tu frenches-tu ? Affirmatif.

La suite de l’histoire va comme suit. Tel un Halak à qui l’on confia le net pour 5 départs consécutifs, j’ai sorti 5 semaines avec la plus belle fille de l’école… jusqu’à temps que Trou de pet, nonchalant et faisant preuve d’une éthique de travail fort douteuse en classe, m’humilie en me sacrant la volée de ma vie à la récréation parce que je venais d’y lancer la balloune de basket direct d’ins gosses. Bon, vous me direz que Halak n’a pas encore snappé de puck dans face de Price. Je sais. C’est d’ailleurs ici que s’arrête la comparaison avec les gardiens de Canadien.

La morale de cette histoire : aujourd’hui, Trou de pet est sans doute, disons, assistant-cuisinier au Burger King de Drummondville alors que moi, ben, euh, restons humble. Bref, si j’étais Halak, je me retiendrais pas de snapper de toute mes forces une puck dans le masque de Price. Regardez où ça mène.

Et la plus belle fille de l’école, Paul ? Je l’ai laissée après mon humiliante volée pour la nouvelle qui venait d’arriver dans notre classe. Elle était encore plus belle.

On reconnecte un moment donné.

4 commentaires

Laisser un commentaire

  • L’histoire dis pas qu’elle type de belle fille c’était…
    A Drummondville à l’époque y’avait 2 types.

    Les snobinarde de St-Bernard
    et
    Les autres…

    Statistiquement, y’avait plus de chance de pogner une cute parmi les autres, mais de là a sortir avec toi…t’avais plus de chance a St-Bernard.

    Donc si on suit cette logique…Halak a plus de chance de pogner des départ si il s’aligne avec le Cyclone de St-Cyrille qu’avec Canadien.

    Mais assez de théories Centriquoises pour ajourd’hui

  • “Et la plus belle fille de l’école, Paul ? Je l’ai laissée après mon humiliante volée pour la nouvelle qui venait d’arriver dans notre classe. Elle était encore plus belle.”

    Elle frenches-tu?

  • C’est quoi cette histoire de fou?

    Trou de pet avait reçu une garnotte din gosses pis y’avait encore la force de se battre? Pis il a réussi à vous sacrer une volée? Mon cher Paul, vos talents de pugiliste me déçoivent beaucoup: vous devriez demander à Octane Georges de vous donner des cours, il a un peu de temps libres ces jours-ci.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.