Le Sportnographe

Gillett dépasse les bornes de la fontaine d’éthique

Vous me connaissez, je ne suis ni un désaxé, ni un homosexuel excentrique. Alors, quand j’entends George Gillett me qualifier de folle sur la place publique, j’aime pas ça. Évidemment, cette déclaration de Robert Gainey faite hier, rapportant les propos de son patron suite à la nomination de Jacques Martin comme entraîneur de Canadien, ne laisse personne indifférent.

Mise au parfum de la chose, la présidente du Conseil du statut de la femme, Christiane Pelchat, a déclaré ce matin que « les partisans de Canadien sont d’abord et avant tout des fous, pas des folles. »

Gabriel Grégoire, pour sa part, a tenté d’élever le débat d’un cran sur les ondes de CKAC Sports. Selon lui, même les journalistes sont des fous ; pire, des épais : « Sommes-nous des épais, les commentateurs, les journalistes du hockey à Montréal ? Sommes-nous des épais ? Je pense que oui. » (écouter)

On se souviendra que Guy Carbonneau s’est fait sortir de Montréal la première fois pour un doigt d’honneur (pas lui, un autre). Patrick Roy, lui, pour deux bras d’honneur. Que sommes-nous prêts à faire pour un tel manque d’honneur ? C’est une question que je vous pose.

Fort de sa récente expérience d’entraîneur avec les Cataractes de la Mauricie Pee-Wee AA, Marc Bureau n’a pas tardé hier soir à avancer une solution dans une reprise de 110% diffusée à TQS : « T’sé, on blâme toujours Canadien qui dit de dire aux joueurs kessé dire. Bin qu’on y dise [à George Gillett] kessé dire, pis au moins y’aura pas d’l’air fou. » (écouter)

Pour ma part, je mets ma brique du centenaire à la disposition de quiconque voudrait y pitcher dans face.

On reconnecte un moment donné.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jérôme Blanchet-Gravel, à propos des régimes carcéraux chinois et canadiens
    Toute notre brochette de chroniqueurs ultra-sanitaristes, comment ils vont se démerder avec le cas chinois? Ils vont dire: ah c’est pas pareil! La Chine c’est pire, on peut pas comparer. Mais y’a quand même des fois des parallèles, désolé, mais là on parle de gens qui se lèvent contre la politique du confinement. […] Donc […]
  • Maxime Bernier, à propos de la répression en Chine et au Canada
    On a vu Trudeau défendre les manifestants en Chine contre les mesures COVID, qui veulent regagner leur plus de liberté. Donc deux poids, deux mesures encore une fois, on fait la promotion de la démocratie et des droits individuels à l’extérieur du pays, mais ici au Canada, on fait le contraire, M. Trudeau bafoue ces […]
  • Maxime Bernier, qui voit dans le jeu de Justin Trudeau
    Moi je pense que ce que fait Trudeau, c’est effectivement désarmer à moyens termes les Canadiens et qu’il y aurait juste la police qui aurait le droit d’être armée en bout de ligne. Et si on va jusque là, ben c’est ce qui se passe dans les pays totalitaires.
  • Olivier Lemieux, qui y est presque
    Alors vous voyez la une en kiosque demain. Alors il parait aux côtés des maires de Granby, de Sherbrooke, aussi de Laval, alors entre autres, Catherine fout rien. Fournier pardon.
  • François Legault, qui a une définition flexible du consensus
    J’étais content de voir le débat évoluer sur le tunnel Québec-Lévis. Il me semble, je sens un certain consensus, au moins pour les deux voies sur quatre pour le transport en commun. Je sens un consensus, on avance, on avance.

Catégories