Le Sportnographe

Gainey n’est pas un génie

THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz
THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz
Canadien ne possède pas la profondeur pour pallier à ses troubles défensifs.

Voilà un constat évident en prenant en compte le match d’hier soir. Visiblement dépassé par les événements, Canadien n’est pas suffisamment rapide, talentueux et imposant pour venir à bout d’une équipe de hockey.

Le coupable?

Facile : Bob Gainey.

N’est pas nécessaire de fouiller de midi à 14 heures pour comprendre que tout est de sa faute.

D’ailleurs, c’était clair depuis le début. Et toute personne ayant affirmé le contraire n’est qu’un cave.

Les achats estivaux de Bobby c’est de la marde. À voir on voit bin. Des nains, des gros pas vites, et une estimation complètement erronée de la capacité de deux Biélorusses à apprendre de leurs erreurs.

Et les gardiens, mon doux, les gardiens. Non mais quelle mauvaise idée de garder deux jeunes au sein d’une même équipe.

Ahhhhhhhhhh….

Est-ce le temps de paniquer?

Évidemment. En écoutant Jacques Demers ce matin à CKAC me rappelant que Canadien c’t’un faible me rassure dans mes opinions. Comme il me rassurait avant hier quand il me disait que Canadien était plus fort que prévu.

Cela dit : paniquons.

4 commentaires

Laisser un commentaire

  • Et d’entendre à CHOM que c’est le retour de Price, l’enfant prodigue qu’il nous faut. B-R-A-V-O. Canadien nous a seulement démontré que la Stanley, a se gagne pas de même. Ça prend des préliminaires et des méchantes bonnes. Sans vouloir faire de mauvais jeu de mot, à date, ça lève pas haut.

  • Vous êtes un peu sévères là-là.

    Connaissez-vous l’expression “Jouer à la hauteur de son talent”? Bon ça me paraît assez clair que Bob Gainey a embauché des joueurs de talents (mais petit) et un joueur de hauteur (mais qui pivote juste d’un bord). Là maintenant Jacques Martin essaye d’installer la fameuse chimie dans l’équipe mais le problème c’est que c’est pas facile de traduire le tableau périodique en Bélarusse. Patience, car comme l’a déjà dit Jean Perron: “On est loin de la soupe aux lièvres”.

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Catégories