Le Sportnographe
sportnographe
Accueil » Chapeau Richard ! » EXCLUSIF : Le grand Mario, le vol du siècle

EXCLUSIF : Le grand Mario, le vol du siècle

Ici, chez Sportnographe. Oui. Mario Lemieux. Bon, ce serait suffisant, mais poursuivons un peu. Les chiffres, on le sait, disent n’importe quoi. Mais ça dépend de qui c’est qui les dit. S’entend ? Si on couche su votre écran ceuzes-là : 76, 85, 114. Vous dites : Ça fait ben 199, Ron ? Oui. 114 et 85 font 199, en 76 parties. C’était en 1988-1989 alors qu’il était encore possible de snapper à partir de n’importe où et absolument n’importe comment en direction du but et que ça rentrait mes amis parce que les gardiens gardaient avec pas de style.

Creusons davantage. Toc toc. Arrêtons ici avant d’arriver en Chine, car nous n’aimons pas le riz ; ce n’est pas assez gras et avec du ketchup c’est pas bon. Voyez ? C’est que se pourrait-il qu’en 76 parties jouées par Mario Lemieux en 1988-1989 dans la Ligne nationale pour le Pittsburgh, un marqueur se soit trompé, voire ait oublié une passe quelque part et que, dans le fond, Mario Lemieux soit un remarquable oublié avec une vraie saison de 200 points, mais pas reconnue pantoute comme telle ? Une véritable drame humain. Fectivement, Benoît.

Or, pour les prochaines semaines, Sportnographe Sports s’est donné comme mission de ramasser en vidéo l’ensemble des matchs du Pittsburgh de la saison 1988-1989 afin de trouver LA fois où un marqueur officiel jaloux a préféré attribuer une passe à Jim Paek ou Rob Brown plutôt qu’à Mario dessus la scoresheet. Nous, on pense que c’est à Québec que ça s’est passé un soir de dégelée monumentale du Nordiques, ce à quoi Jean Dion répliqua cette semaine : “Je vous le dit les gars, le but d’Alain Côté, y’était bon.” Pauvre Jean.

Évidemment, il s’agit d’une tâche colossale. Nous n’écartons pas la possibilité de sous-traiter la tâche en Indes. Si vous avez des contacts, nous sommes preneurs.

Révisionnistes historiques de tous les pays, unissez-vous !

On reconnecte un moment donné.

Note : Ceci est une idée originale du webeur Kaven Benoît. Merci mon homme.

6 commentaires

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi – Tome 2!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi!

Achetez le recueil de citations politique Le club des mal cités!

RSS Le club des mal cités

  • Gilles Proulx, qui tend la main
    Il parle de réconciliation, pourquoi est-ce qu’il parle pas des têtes carrées du Canada anglais et des animateurs des réseaux qui ont étudié les questions pour créer une provocation auprès du Québec et nous traiter de racistes. On parle de réconciliation, commençons donc par se réconcilier avec les blokes.
  • Jeff Fillion, à propos des jeunes qui ne savent pas faire fonctionner une tondeuse
    – L’évolution des sociétés, c’est une montagne. C’est comme un graphique de COVID. Ça monte, ça monte, ça monte, ça l’atteint un sommet, ça se met à descendre. Et ça finit comme les Romains. On finira pas nous autres à se pogner le sac comme ils ont fait, pis à prendre du vin à dix […]
  • Valérie Leboeuf, pas éveillée
    Le ton a monté à l’Assemblée nationale aujourd’hui alors que François Legault a reproché à Gabriel Nadeau-Dubois d’être un wok pour qui les valeurs québécoises n’ont pas d’importance.
  • François Legault, qui donne sa définition de woke
    Pour moi, un woke c’est quelqu’un qui veut nous faire sentir coupable de défendre la nation québécoise, de défendre ses valeurs comme on l’a fait avec la Loi 21. De défendre nos compétences.
  • François Legault, qui n’est pas woke
    Il parle de Maurice Duplessis, qui avait beaucoup de défauts, mais il défendait sa nation. Y’était pas un woke comme le chef de Québec solidaire.

Catégories

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.