Le Sportnographe

EXCLUSIF : L’algorithme de Sportnographe annonce la Stanley pour le bicentenaire de Canadien

Chez Sportnographe, nous sommes d’abord et avant tout des intellectuels. Comme dans sociologue, politologue et astrologue. Mais, comme si ce n’était pas assez, au-dessus de nos cerveaux d’experts règne la transcendance d’un algorithme servant à asseoir notre crédibilité sur du solide. Des exemples ? Le Carbonotron (voir en une de Sportnographe), cette manifestation parfaite énonçant dans un langage bien défini une suite d’opérations permettant de résoudre l’exécution des procédés répétitifs d’un problème singulier, soit le fuckâillage de trios de Canadien.

Autre exemple ? La prédiction effectuée par Piquette l’an dernier stipulant que Canadien finirait bon premier dans l’Est et ce, cross-checkant au passage tous les experts de même que Jean-Charles Lajoie.

Cette fois-ci, l’algorithme de Sportnographe en arrive à sa version 2.0 de développement et profite d’un nouveau langage lui permettant de prédire n’importe quoi dans un horizon T de cent ans, l’étalon de mesure de Canadien.

Paul Meilleur-Aucoin et Normand Leblond ont d’ailleurs travaillé d’arrache-pied pour vous offrir ce processus systématique de résolution d’un problème criant (À quand la prochaine Stanley pour Canadien ?) par un calcul logique d’envergure.

Et vous connaissez Leblond, outrecuidant comme pas un, ben il souhaitait vous offrir un algorithme séquentiel ou parallèle. Mais je lui ai dit : “Wow, sacrament, je comprend pu rien, Normand”.

Voici donc l’algorithme simple de Sportnographe intitulé Stanley Canadien 2108 en fonction duquel la preuve que la coupe s’en vient saute aux yeux comme un filet désert devant la palette de Lang qui slapshotte toutefois la rondelle 12 pieds au-dessus.

Ah oui. Au cas où vous comprendriez rien, c’est que tous les numéros retirés des jouteurs de Canadien, incluant celui de E. Roy, donne 200. Tout simplement inattaquables. Voilà ce que nous sommes.

On reconnecte un moment donné.


10 commentaires

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Jean-François Gosselin, à propos des femmes en politique
    Quand moi j’approche quelqu’un, je veux pas me faire dire non, donc j’y vais tranquillement. […] Pis aussi, quand on convoite, je te dirais c’est encore plus vrai lorsque c’est des candidates parce que de nature, les femmes sont peut-être moins attirées par la politique. Pis pour moi ç’a toujours été important aussi d’avoir des […]
  • Luc Ferrandez, insulté
    Ça m’insulte de voir du monde mettre leur manteau d’hiver en été. Christ, achetez vous des manteaux d’été !
  • François Legault, à propos d’un meurtrier tué par la police
    Je suis content qu’on soit débarrassé de cet individu-là. Il faut voir aussi ce qui est arrivé. Étant donné que c’est quelqu’un qui était déjà ciblé, pourquoi a-t-il été relâché?
  • Jérôme Blanchet-Gravel, dur-à-cuire
    Dernier grand débat de société: si vous vous sentez intimidé par une caissière de 16 ans au Ashton qui vous propose de lui laisser 20% de #pourboire sur une machine, c’est que vous n’avez jamais fréquenté de quartiers où on peut vous braquer pour 20$ avec une arme.
  • Éric Duhaime, rassembleur
    Quand j’entends des gens nous traiter d’égoïstes, ou d’édentés ou de complotistes parce qu’on veut offrir un avenir meilleur au Québec, ben je leur dit d’aller se faire foutre parce qu’ils ont rien compris.

Catégories