Le Sportnographe

EXCLUSIF : L’algorithme de Sportnographe annonce la Stanley pour le bicentenaire de Canadien

Chez Sportnographe, nous sommes d’abord et avant tout des intellectuels. Comme dans sociologue, politologue et astrologue. Mais, comme si ce n’était pas assez, au-dessus de nos cerveaux d’experts règne la transcendance d’un algorithme servant à asseoir notre crédibilité sur du solide. Des exemples ? Le Carbonotron (voir en une de Sportnographe), cette manifestation parfaite énonçant dans un langage bien défini une suite d’opérations permettant de résoudre l’exécution des procédés répétitifs d’un problème singulier, soit le fuckâillage de trios de Canadien.

Autre exemple ? La prédiction effectuée par Piquette l’an dernier stipulant que Canadien finirait bon premier dans l’Est et ce, cross-checkant au passage tous les experts de même que Jean-Charles Lajoie.

Cette fois-ci, l’algorithme de Sportnographe en arrive à sa version 2.0 de développement et profite d’un nouveau langage lui permettant de prédire n’importe quoi dans un horizon T de cent ans, l’étalon de mesure de Canadien.

Paul Meilleur-Aucoin et Normand Leblond ont d’ailleurs travaillé d’arrache-pied pour vous offrir ce processus systématique de résolution d’un problème criant (À quand la prochaine Stanley pour Canadien ?) par un calcul logique d’envergure.

Et vous connaissez Leblond, outrecuidant comme pas un, ben il souhaitait vous offrir un algorithme séquentiel ou parallèle. Mais je lui ai dit : “Wow, sacrament, je comprend pu rien, Normand”.

Voici donc l’algorithme simple de Sportnographe intitulé Stanley Canadien 2108 en fonction duquel la preuve que la coupe s’en vient saute aux yeux comme un filet désert devant la palette de Lang qui slapshotte toutefois la rondelle 12 pieds au-dessus.

Ah oui. Au cas où vous comprendriez rien, c’est que tous les numéros retirés des jouteurs de Canadien, incluant celui de E. Roy, donne 200. Tout simplement inattaquables. Voilà ce que nous sommes.

On reconnecte un moment donné.


10 commentaires

Laisser un commentaire

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • François-Philippe Champagne, à propos de la chefferie du PLQ
    – Certains vous voient prendre la tête du Parti Libéral du Québec, est-ce que ça vous intéresse? – Ben je vous dirais, écoutez, je le dis toujours, je pense que je fais un bon travail à Ottawa. Même ma mère est contente de ce que je fais, imaginez. Alors je vous dirais que ça prouve […]
  • Vincent Guzzo, à la défense de Pierre Fitzgibbon
    Quand moi comme homme d’affaire, je veux faire un projet, que je pense qu’il va faire rayonner le Québec. Pourquoi moi je peux pas appeler mon chum? […] Peut-être que moi j’apprends qu’il y a un besoin économique de quelque chose au Québec, ben j’amène ça. Vice-versa. Moi j’ai besoin d’une égévolation. Pourquoi moi je […]
  • Guillaume Dulude, à propos des féminicides
    Féminicide, ça s’apparente beaucoup à génocide. OK, un génocide, juste pour le rappeler, pour tout le monde, ce que c’est : c’est un groupe qui s’organise pour anéantir et exterminer un autre groupe. C’est une planification d’extermination. Alors on utilise “féminicide”, comme si les hommes se regroupent entre eux et font une planification similaire, c’est-à-dire […]
  • Pierre Fitzgibbon, à propos de la chasse aux faisans
    Ben, je trouve ça un peu ridicule. Je n’arrêterai pas de voir mes connaissances, je n’arrêterai pas de faire mes activités à cause du Journal de Montréal.
  • Pierre Poilievre, qui a une preuve que les armes sont destinées à la chasse
    Si on regarde la liste des armes en question. Y’a certaines qui ont le mot canard ou oiseau dans le nom, donc c’est vraiment des armes qui sont utilisées pour chasser les canards.

Catégories