Le Sportnographe
sportnographe
Accueil » Chapeau Richard ! » En manque d’affection, Latendresse veut partir

En manque d’affection, Latendresse veut partir

La saveur du mois ne goûte plus. Habitué de voir son nom 13 fois par dernière page dans le Journal de Montréal, Guillaume Latendresse en aurait assez de passer la puck sous silence.

Nos informations confirment les rumeurs lancées dans un courriel de notre équipe à savoir qu’il n’exige rien de moins qu’une transaction.

« À Drummondville, j’étais partout : sur le calendrier de l’équipe, en grosse lettre sur les cahiers Canada, même dans les petites annonces sous la rubrique « escorte ». Ici, je ne suis plus rien. Pourquoi me donner 850 000 $ par saison pour faire trois shifts sur le 4e trio ? come on » aurait-il crié sous le couvert de l’anonymat.

La situation s’est envenimée dès le premier entracte du match inaugural. L’amuseur public Ron Fournier n’avait déjà plus rien à foutre du collégien. « Qui d’Aebischer ou Huet devrait agir comme cerbère pour le prochain match ? » Telle était la question qui devait être sur toutes les lignes.

Informé de cette déclaration incendiaire, Guillaume s’est rappelé le bon temps ou il n’avait qu’à se promener en petite tenue devant un photographe de magazine gai pour faire la une. Depuis qu’il n’est plus blessé, benché par Team Canada junior ou en matchs pré-saisons, les aiguilles de la vie ne tournent plus dans plus le même sens.

« Mes amis m’ont quitté, je vous le dis, ça devait m’arriver, à moi aussi » de dire Guillaume avec un brin de mélodie.

« Sortir à Tremblant avec Théo, Dag et Rib était une occasion de divertissements. Ce n’est pas la même chose avec Bég qui s’amuse à rire de mon problème d’incontinence (voir la rubrique « Citations ».)

Guillaume ailleurs qu’à Montréal ? Je n’y compterais pas trop. À la lumière des récentes blessures, on retrouvera rapidement ses grosses fesses à la défense de Canadien. Avec un -5 à son premier départ, il aura tôt fait d’allumer les réflecteurs des journalistes sur lui.

P.S. : Vérification faite, c’est sous la rubrique « Escort » qu’il était à Drummondville. « Ford Escort, à vendre ».

NDLR : Paulin Poulin s’est joint à l’équipe du Sportnographe en retour d’une grosse somme d’argent (comptant) et de la promesse de sortir un scoop sur Alexander Perezhogin. Sa face de poil s’affichera en même temps que le nouveau site, dans pas trop long.

13 commentaires

Laisser un commentaire

S’abonner à l’infolettre

Recevez chaque semaine les nouvelles citations par courriel!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi – Tome 2!

Achetez le recueil de citations sportives Dans mon livre à moi!

Achetez le recueil de citations politique Le club des mal cités!

RSS Le club des mal cités

  • Jeff Fillion, sceptique
    On gèle partout en Amerique du Nord. Les anxieux climatiques en pyjama sont silencieux. On va les entendre quand il va faire 32c le 7 juillet… Pauvres tites bêtes, elles sont si fragiles😎.
  • Maxime Bernier, précis
    Trudeau est un monstre cruel.
  • Anne Casabonne, qui flaire un complot
    Souvenez-vous au début de la crise, M. Fitzgibbon a dit que nos données médicales étaient une mine d’or. Il voulait ouvrir les valves de nos données médicales. Alors moi je pense que c’est un pied dans la porte à ça. Il a pas dit à qui irait la mine d’or, mais il a l’air de […]
  • Anne Casabonne, dans le champ
    T’as vraiment l’impression que tout le monde est assis dans la même moissonneuse batteuse des droits. Pis qu’il y a pu personne qui remet rien en question.
  • Anne Casabonne, épidémiologiquement scientifique
    Alors donc, le 30 septembre, on pouvait se côtoyer, les vaccinés pouvaient côtoyer les non-vaccinés. Et puis le lendemain c’était devenu la donne à suivre. Alors qu’il n’y a pas de science, y’a rien de scientiquement épidémiologique là-dedans.

Catégories

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.