Le Sportnographe

Doit-on rire de Sheldon Souray ?

La question est légitime. Parce qu’on se souviendra avec émotions et pleurs dans la gorge que l’an dernier, Sheldon faisait la neige et la slutche dans l’avantage numérisée de Canadien. On se souviendra également à quel point “Sheldy” comme le disaient les grands de ce monde, slapshottait plus vite que son ombre et comment que ça avait l’air à têtre souffrant pour un gardien avec pas de casque, ou disons avec un casque comme Timothy Thomas.

Et l’été fut venu et la cigale, qui avait chanté tout l’été comme une grosse paresseuse, s’est aperçue que le beau Sheldon Souray avait toutes les chances du monde de ne plus farcir l’attaque à cinq plus le gardien de Canadien. Et on se disait, partisans et partisanes, que la défensive de Canadien allait mourir de sa belle mort, et que l’attaque allait rester dans les fonds semi hauts de la Ligne. On appelait l’apocalypse et on faisait des chapelets avant de se coucher et même parfois en se réveillant en sueurs la nuit. Personnellement en tout cas.

Bob Gainey, qui n’avait pas l’air à s’en faire outre mesure, est allé nous chercher Hamrlik, le déguisant en 44 pour faire passer la pilule, et on se croisait les doigts au dessus du sépulcre de Saint-Jean en implorant Jésus de pas nous laisser tomber comme l’an dernier parce que c’est pas juste, Canadien c’est un club de gars avec du coeur pis toute.

Aujourd’hui, Shell Don Saoul Raie pour les amoureux de la phonétique, est blessé, depuis bientôt un mois, et restera blessé au moins pour le prochain mois. Il n’a joué que quelques matchs pour le Oilers, n’a qu’un seul but. Il gagne de la grosse argent et ne sert plus à rien. Et Canadien défensif n’a jamais été aussi bon et Canadien offensif non plus. Grâce à Markov entre autre que j’ai intelligemment pris dans mon pool.

Maintenant, doit-on rire de Sheldon Souray et de Oilers ? Doit-on s’amuser à leurs dépends ?

De façon personnelle, je pense que non, parce que je l’ai également dans mon pool, ce qui est assez plate en soit. Mais supposons que je ne l’avais pas pris, moi je rirais. Personnellement.

11 commentaires

Répondre à Maurice Annuler la réponse.

  • N’était-ce pas pour passer plus de temps avec sa famille que Sheldon Lagarnotte a déménagé à Edmonotone ?

    Jusqu’à date ça lui réussit bien. Moi, c’est plutôt du king de la crème glacée, Kevin Lowe, que je ris.

  • moi j’ai markov dans mon pool gnagna

    môôôôôsieur piiiiiquette : j’sais pos là… mais me semble qu’il y a eu de l’amélioration quant à la présentation dans le placement des mots et virgules dans cet article… je vous félicite mieux-mieux

  • J’avais le choix entre plate en soit, plate en soie, plate en soy et plate en soi.

    Comme je suis pour l’accommodement raisonnable , j’ai choisi lui qui accommodait le plus possible le plus de monde.

    Je suis comme ça, un grand thumain.

  • HEYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY ! j’viens de me rendre compte que j’ai écrit môôôôôsieur piiiiiquette et non môôôôôsieur muuuuunger !!! ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh la honte !!!! ça doit être pcq’on a remplie mon biberon de bateau…

  • moi je rit de la gueule de sheldy et de ceux qui ont prit sheldon dans leur pool.

    moi je lai pas prit mais jai bien prit markov et meme que dans mon pool c le meileur car les but compte pour 2 pts.

    quoi qui en soit thanks god its friday mais ontr st dimanche aujourdhui pis canadiens a quand meme aggner les ours hier.

    Le “Chara”:un animal stupide dans son état naturel…

  • je pense que c’est Angelika qui lui a pété l’épaule, en représaille au fameux garochage sul peêle qui a éventuellement mené à :

    - une séparation

    - des insultes via médias et avocats

    - un viol de la part d’Angelika

    - une grossesse surprise

    - une deuxieme fille avec un nom bâtard

    - un déménagement à Edmonton où le Holt Renfrew ouvre 1 heure plus tard qu’à Montréal et qui ne vend pas de Balenciaga

    Bref, Angie veux que Sheldon se plante, se fasse huer par la foule et sacre son camp de dlà, question de se faire vivre dans une ville où son cul de 35 pouces sera au chaud.

  • Un cas classique de “schadenfreude” à l’endroit du Souray, un joli mot légué par nos amis allemands signifiant la “joie provoquée par le malheur d’autrui”…

    Ô douce schadenfreude…

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.