Le Sportnographe

Desharnais : dans les petits pots, y’a des affaires

Photo : THE CANADIAN PRESS/Ryan Remiorz

Il est de plus en plus difficile par les temps qui courent de rédiger un article de surface sur Canadien sans parler de David Desharnais, et surtout, sans préciser qu’il est petit.

Pourtant, nos mères ainsi que le gouvernement nous ont toujours dit qu’il ne fallait pas se fier aux apparences et que dans les petits pots, on pouvait trouver des affaires vraiment capotées.

Il faut cesser de voir Desharnais comme un nain et commencer à l’apprécier pour ce qu’il est : un marqueur de quarante buts. Imaginez si on avait fait le même coup à Tomas Plekanec et si on l’avait jugé seulement selon la couleur de son col roulé ? Aurait-il aujourd’hui autant d’assurance lorsque vient le temps de faire une passe soulevée à un coéquipier bien positionné ? Et si on avait simplement considéré Hal Gill comme un géant très très lent ? Serait-il aujourd’hui le géant très très lent que nous aimons tant ? Hmmm… en tout cas.

Reste que dans le mirifique monde du sport, il faut parfois passer outre les handicaps (même ceux aussi lourds que dans le cas de Desharnais) et se concentrer sur les résultats. Et ça, le petit David en a, et ce n’est pas de l’onguent. Goliath n’a qu’à bien se tenir.

12 commentaires

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.