Le Sportnographe

Canadien joue de l’anti-hockey à l’envers

Photo : THE CANADIAN PRESS/Paul Chiasson

Il y en a pour dire que Canadien joue du hockey endormant à un tel point que ça endort le Pittsburgh qui en oublie de compter des buts. Disons que nous sommes assez d’accord avec ceux qui disent ça. Mais ça n’empêche pas que l’on assiste à du hockey pas mal excitant. Parce que l’important, c’est que Canadien gagne et que les fanions se vendent comme des petits drapeaux chauds.

Tout ça est une stratégie de Jacques Martin, un coach pourri comme disaient les experts il y a deux semaines, et un coach génial comme ils disaient la semaine passée. En effet, Martin pratique l’anti-coaching à l’envers, ce qui peut en mêler certains.

Pascal Dupuis en est un bel exemple. Il expliquait hier que Canadien était dur à jouer contre parce que plutôt que de vouloir être le premier sur la rondelle afin de la récupérer, de déjouer tout le monde et de la mettre top net, il préférait laisser le Pingouin le dépasser pour s’emparer du puck, et le forcer à s’écraser dans le coin jusqu’à ce que la période finisse.

Ça ressemble un peu à la stratégie de jouer avec ses fesses comme lorsque vous pratiquez l’anti-hockey au Parc Lafontaine, mais à l’envers, dans l’fond. Vous suivez ? Peu importe, ce qu’il faut savoir, c’est que ça fonctionne, et que Canadien gagnera la série en cinq.

17 commentaires

Laisser un commentaire

  • Justement, c’était pas mal bon d’entendre Gabriel Grégoire ce matin parler d’anti-anti-hockey pour contrer l’anti-hockey.

    Une anti-trappe, en somme, qui se résume à attendre de son bord pendant que Canadien attend du sien et laisser les arbitres patiner en rond en zone neutre.

    Une sorte de “je te tiens par la barbichette” où le premier qui patine avec la rondelle se fait prendre en contre-attaque et reçoit (ou est) une tapette.

    Pas mal bon.

    (ref: extrait audio de Jacques Demers du 4 mai dessus CKAC)

  • C’est comme ça les minatoires : toute est à n’envers. Mais rendons à César ce qu’il a trouvé dins poubelles pis qui prétend que ça y’appartient: Grégoire, y parle en pas pour dire! Sauf que ce qui est mêlant, c’est pas l’anti-coaching, c’est que le coach y’a changé de stratégie: astheure, Canadien fait des passes de bâton à patins, ce qui a pour conséquence que quand le pingouin veut nous voler la puck de dessus la palette, ben yé fourré parce la puck, EST PAS LÀ!!!!! Crosby s’en tire comment avec un fer 4?

  • Ah ben si c’est pas Palushaj ! Je l’avais même pas reconnu, torieux. Y’é tu en train de prier vers La Mecque? Je sens que l’avenir va nous sourire…

    Les Expos en 7

  • Palushaj ne pourra pas jouer pour Canadien parce que son numéro 7 a été retiré en l’honneur d’Howie “Brake a legg” Morenz.

  • HAHAHA CEST DRÔLE PARCE QUE VOUS ÉCRIVEZ TOUT CROCHE MAIS C’EST VOULU, C’EST DRÔLE!!!! HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH VOUS ME FAITES TELLEMENTE RIRE CONTINUEZ VOTRE TRES BON TRAVAIL C’EST MALADE, VOUS ÊTES VRAIMENT TROP COMIQUE HAHAHAHAHAHAHAAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHAAHHAHAHAHAHAHAHAHAHHAHA!!!!!!!!!!!

  • Y’a tu juste moi qui rêve que Canadien se fasse éliminer au plus vite pour qu’on ne voie plus les os** de fanions? Pu capable! C’est de la pollution visuelle! Et je parle pas d’anti-pollution…

    Pittsburgh en… au plus sacrant!

  • Le problème de l’anti-hockey semble destiné à Canadien :

    – Une équipe prestigieuse (mettons) avec pas de Capitaine
    – O’byrne qui «own goal»
    – Tout les premiers choix deviennent pas bons : Kostintin, Price.
    – Un DG qui est critiqué au début de l’année pour avoir mit sur pied une équipe perdante, mais qui passe véritablement pour un génie à l’heure qu’il est ( Le mot «génie» est peut-être fort un peu..)
    – Pouliot qui ne marque plus
    – Gill qui réussit ses passes

    Je vous le dit, il se passe quelque chose de spécial avec le trois-couleur.

  • Tant qu’à être en faveur de l’anti-hockey, autant ne pas le regarder. Mais chu pas capable. Ça me prend ma dose d’inepties de Benoît Brunet, les longs soupirs de Jacques Martin, la difficulté de Pierre Houde à suivre le jeu, les perles de Jacques Demers, le “spray net” din cheveux de Joël Bouchard et j’en passe.

  • Monsieur Piquette, vous nous avez mis sur la piste du secret de l’embauche de Benoit Brunet: il fait de l’anti-analyse.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.