Le Sportnographe

Canadien est une équipe fragile

Photo : CP JOHN WOODS

On ne le dira jamais assez, Canadien n’a pas assez de gros bonhommes dans son baluchon. Et même si Benoît Brunet n’est pas là pour nous le rappeler à toutes les deux minutes, c’est au chapitre du tendon et de la hanche que nous constatons les faits : Canadien est juste trop fragile.

Prenez le match d’hier : Canadien est en feu. Canadien joue contre la nouvelle sensation de la Nationale (oui, les Jets sont une sensation). Bing Bam Pouf c’est 5 à 1. On ferme les livres, on en parle plus. Une petite facile.

Et pourtant.

En moins de temps qu’il ne le faut pour crier Chose Bine, Cammalleri se fait couper le genou, Spacek se couper le souffle et tout à coup, on a Moen comme ailier sur le premier trio et Diaz comme défenseur d’expérience.

Qu’est-ce que ça dit ça? Ça dit que Canadien n’a pas assez de gros bonhommes (et trop d’étranger) et qu’il devrait engager des durs à cuire pour donner des taloches aux pas fins qui font mal à Canadien.

Ça semble être la solution logique. N’est-ce pas Don?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.