Le Sportnographe

Baron, un énergumène arbore ton nom en guise de pseudonyme sur les ondes de mon câble coaxial. Appelons-le ‘’Pseudobaron”. Dans mon étourderie, devant l’apparence d’assurance qu’étend le sujet comme on en étend plus quand on en a moins de quelque chose, je me demande Baron, Pseudobaron nous trompe t’il ? Sa tromperie n’a-t-elle d’égal que le postiche qu’il porte fièrement ? En clair Baron, Pseudobaron porte t’il un vrai postiche au lieu d’arborer fièrement la calvitie ou me rentre-je mon doigt dans l’œil jusqu’au coude ?

Cher toi,

Plus je prends ça relaxe dans le sable sur le bord de mon lac proche du Mont Orford, plus je me dis que c’est donc beau des algues bleues. Mais aussi, plus je pense à vos questions que je reçois sans cesse par messager une heure en becyque qui trouve pas ça drôle de pédaler dans le sable avec leur roues d’un pouce de large, plus je me dis que vous avez beaucoup trop de temps libre, comme l’autre Piquette qu’on dirait qu’il a pas de vie tellement il produit du bon stock ici.

Mais j’aimerais quand même préciser que vos questions sont légitimes et je les aime toutes les unes autant que les autres sinon plus que les autres.

Et cette dernière me touche particulièrement car, ayant moi-même trouvé que c’était un peu chien de se faire voler le sobriquet de Baron, je me suis dirigé dernièrement chez Canadien lui-même, lors d’un match hors-calendrier régulier afin de vérifier si de un les journalistes appelaient effectivement Chose « baron », et de deux, si il avait, comme vous me le demandiez dans votre question qui fini plus, une postiche en poil de cheval.

La réponse aux deux questions est la même : non.

Alléluia

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.