Le Sportnographe

À quand le retour du trio Tchèque ?

Pour des raisons qui ne regardent que nous, Le Sportnographe est passé complètement à côté du “Journal de bord de Jan Bulis” publié sur le site de Canadien. Pourtant, on y trouve un détail qui pourrait paraître anodin pour le commun des mortels qui n’a pas les moyens de s’autoproclamer “la référence en sports”. En effet, le petit Jan “Jean” Bulis nous apprend que lorsqu’il “joue avec Zed et Bonk ou Zed et Plekanec, on parle toujours tchèque sur la glace. C’est encore mieux quand tu es dans le cercle des mises en jeu et que l’adversaire ne comprend pas toujours ce que tu dis, alors tu peux décider qui fera quoi, ce qui est un léger avantage”.

On imagine très bien Bulis dire à “Zed” Zednik : “vyjít najevo puk , doprovázet člen určitý stěna s spravedlivý jeden převést tvůj přilepit, činit ne vrazit mezi být obrácen čelem k of člen určitý síť a kdy tebe ar do člen určitý hledisko , hodit do poštovní schránky člen určitý puk“, que l’on pourrait traduire par “prend le puck, frôle la rampe en tenant ton bâton d’une main, ne coupe pas vers le but, et quand tu arrives dans le coin de la patinoire, laisse la rondelle aller”. Ou encore Zednik proposer à Bulis de “vyjít najevo puk , podbízet ono do člen určitý hledisko , drapák ono zas , přistěhovat se být obrácen čelem k of člen určitý síť a brok mimo de síť. a mimochodem , tebe blůza got of of tvůj kalhoty“, ce qui veut dire en français de “domper le puck, aller chercher le puck dans le fond, revenir devant le filet et lancer à côté… et en passant, ton gilet est sorti de tes culottes”. Les joueurs adversaires ne doivent pas davantage comprendre ce qu’ils disent que ce qu’ils font.

Le problème, c’est qu’il est difficile de faire évoluer les deux Tchèques (je sais, je sais, Zednik est Slovaque, mais on va pas chipoter sur les détails) sur un même trio lorsqu’il y en a toujours un qui joue dans les gradins. Pour cette raison, nous demandons à Robert Gainey de bien vouloir réviser sa position et de laisser une dernière chance à Zed, qu’ici au Sportnographe nous préférons appeler Zoune. D’ailleurs, il faudrait penser à faire la même chose avec un trio de Québécois qui mystifierait l’adversaire de son joual jovial. Ah non, on oubliait qu’il n’y a plus suffisamment de Québécois avec Canadien pour faire un trio…

10 commentaires

Laisser un commentaire

  • Ben d’accord avec vous zautres, le Sportno. Donnons une chance à Zedou pour qu’il puisse évoluer avec Radek et Jan. Sauf que là, question existentielle… : cette année, Canadien va-t-il porter la moustache en Fu-Manchu ?? Si oui, qui découvrirons-nous imberbe.. ?

  • Pour votre information, voici la traduction améliorée du tchèque que Jan et Zed peuvent utiliser entre eux.

    mvylita


    On imagine très bien Bulis dire à “Zed” Zednik : ” Vem si puk, drž se kolem mantinelu a ved puk jenom jednou rukou, netlač se před branku a když jseš v rohu, zbav se puku.
    “, que l’on pourrait traduire par “prend le puck, frôle la rampe en tenant ton bâton d’une main, ne coupe pas vers le but, et quand tu arrives dans le coin de la patinoire, laisse la rondelle aller”. Ou encore Zednik proposer à Bulis de ” Nahazuj puk na zadní mantinel, najed pro puk do útočné zony, vtlač se před branku a miř mimo branku “, ce qui veut dire en français de “domper le puck, aller chercher le puck dans le fond, revenir devant le filet et lancer à côté… et en passant, ton gilet est sorti de tes culottes”. Les joueurs adversaires ne doivent pas davantage comprendre ce qu’ils disent que ce qu’ils font.

  • À chaque fois que Bulis est laissé dans les gradins, il revient toujours avec un but. Peut-on le qualifier de “Tchèque qui rebondit” ?

  • Jean Boulerice ce met à “scorer” des buts, on aura tout vu… pis de dire que Zouzoune Zednik est thchèque s’pas grave, de toute façon à Cuba ils nous appèlent ben les canayiens.

    Tsé, “on peut pas toujours avoir un casque sur la tête” comme disait Damphousse lors de son unique publicité pour les shampoings “cheveux et épaules”

  • Nice. Bien content pour votre exposure à la télévision d’état. Bien mérité. De vous avoir vu parler a enlevé un peu du coté mystérieux de ce site, mais bon, je vais m’en remettre.

    Peace out.

    Jean-Jean.

    PS : La face de Fafane était trop drole quand on a lu une de ses “citations”.

  • Samedi passé contre le Boston, j’ai entendu dans les gradins un surnom assez évocateur pour Rick Zed …”le furet”. Je dois avouer qu’ils ont un petit air de famille mais je me questionne sérieusement à savoir si c’est trop méchant…

    “Touchez pas à mon furet !”

  • Vraiment bien l’entrevue ! Surtout qu’on fait un gros plan, à 22:15, sur la citation d’Yvon Pednault que je vous ai soumis. Wow !

    Continuez les gars, c’est vraiment bien !

Infolettre

Flux Le club des mal cités

  • Benoît Dutrizac, peut-être amer
    Moi, moi, moi et mon nombril. Drainville se comporte toujours comme s’il descendait du ciel. Pis là lui il prend ma place le midi esti, pis y dit, je va faire mieux. Man, je t’ai donné 33 parts de marché, ferme ta yeule pis dis merci! Quessé ça? Pis là il arrive ministre, pis il […]
  • Yvon Deshaies, à propos des eaux usées
    – Louiseville a besoin d’un nouveau bassin des eaux usées. – C’est un dossier de marde.
  • Denise Bombardier, à propos d’André Brassard
    – J’ai été atterrée l’autre jour quand j’ai vu que le ministre de la Culture du Québec, ils ont fait un petit quiz, et on lui a demandé qui était notre grand metteur en scène, André… qui est décédé récemment? Vous allez me donner son nom? – Notre grand metteur en scène qui est décédé […]
  • Gilles Proulx, qui aime les vaches
    Alors qui est le plus bête? La pauvre vache ou l’homme? 24 belles grosses vaches, c’est beau des vaches, moi j’aime ça des vaches, c’est doux, c’est fin. Ça donne quelque chose une vache comparativement à nombre de traîneux de trottoirs.
  • Jacques Gourde, sans caviar
    Ça semble relativement facile pour un ministère de trouver une façon de refuser ou de divulguer, ou de clavarder des documents. On peut parler, ah, ça touche à la sécurité nationale, donc on clavarde.

Catégories