Via @pierrecharleboi.

Il est rétrogradé au 4e trio, mais moi je vois ça comme une promotion vers le bas.

Denis Gauthier, qui monte vers le bas

Ce doit déjà être assez humiliant que de porter un uniforme comme celui-là, alors imaginez la honte que de passer dans une promo où Ronald McDonald vous fait le speech de Miracle

dg

C’est tellement plus clair comme ça.

11013688-moscow-march-30-2010--bandy-russian-hockey-team-kuzbas-on-a-semifinal-play-championship-of-russia-ch

Les amateurs de hockey aiment voir des buts se marquer. C’est d’ailleurs pourquoi ils crient fort et tapent des mains lorsque leur équipe compte. Même qu’à l’occasion, ils en échappent leur bière par terre. Il n’est donc pas étonnant que les directeurs généraux de la “Ligne” nationale qui se réuniront demain à Toronto cherchent des solutions pour qu’il se marque plus de buts. Les fans échapperont donc leur bière plus souvent, ce qui renflouera leurs coffres. C’est ce qu’on appelle la loi de l’offre de buts et de la demande de bière.

Il existe plusieurs façons d’augmenter le nombre de buts comptés. On peut agrandir les filets (comme au bandy), réduire l’équipement des gardiens, ou encore laisser P.K. Subban sur la patinoire pendant tout le match. Toutefois, Peter Budaj propose une solution pas mal osée pour marquer plus de buts :

“Si les victoires en temps réglementaire valaient davantage, les équipes se forceraient plus pour marquer des buts. Disons trois points pour une victoire à la régulière et deux pour une victoire en prolongation. Cela ouvrirait assurément le jeu.”

Ainsi donc, pour marquer plus de buts, il suffirait de vouloir le faire. Aussi simple que ça. Dans la nouvelle nouvelle “Ligne” nationale, la victoire n’est plus une motivation suffisante pour arrêter de se pogner le derrière. Il faut que cette victoire soit payante, sinon les joueurs se diront simplement “bah, c’est juste un match de deux points” et se contenteront de domper la rondelle dans le fond de la zone en attendant que le temps passe.

L’idée de Budaj est excellente, mais peut-être ne va-t-il pas assez loin. Pourquoi ne pas donner 3000 points pour une victoire à la régulière et 2000 pour une victoire en prolongation? Les buts et la bière couleraient à flot…


College Basketball Star Heroically Overcomes Tragic Rape He Committed

Une parodie de The Onion toujours d’actualité.

C’est pas de sa faute, il était fatigué. Eille, on fait même pas ça dans notre “ligne” de garage.

Via 25stanley.

marc-ouellet-bruins

On s’était réjoui qu’un fan de Canadien soit en position d’être mauditement bien plogué avec le Seigneur tout puissant. Puis on s’était rendu compte qu’il avait porté un chandail des Bruins dans sa jeunesse et on avait eu peur qu’il accède au trône et donne la coupe au Boston.

Or ce matin, on apprend qu’il est effectivement amateur de Canadien :

Le chandail des Bruins de Boston sur une photo d’enfance du cardinal Ouellet à La Motte, publiée il y a quelques semaines, n’était pas un hasard. Ça m’intriguait, je lui ai posé la question. Cette année-là, le père Ouellet avait offert en cadeau de Noël à ses quatre fils un chandail de hockey. Un des Rangers, un des Maple Leafs, un du Canadien et un des Bruins, dont a hérité Marc. «On s’est mis à prendre chacun pour le club de notre gilet, se souvient-il. Jusqu’à 20 ans, j’ai pris pour les Bruins.» Il est ensuite entré au séminaire, où on comprend qu’il s’est converti à la Sainte-Flanelle.

Quelle histoire remplie de rebondissements! Considérant le fait que le nouveau pape, à 76 ans, ne possède qu’un poumon, on peut penser que son règne sera court. Peut-être que dans quelques années, son tour viendra. Et avec Ouellet sur le Saint-Siège, on va l’avoir notre Stanley!

20130316-085318.jpg

Elle a l’air bonne perdante la madame.

« Je suis fâ­chée après mon cad­die (Da­vid Guer­tin). Au 7e trou, il a com­mis une er­reur mo­nu­men­tale. Il m’a in­fluen­cé dans mon choix de bâ­ton. Il a sor­ti mon fer 3 du sac sans que je lui de­mande. Ça ne se fait pas. Il crai­gnait que j’aille dans la trappe. Il m’a mis un doute dans la tête. J’ai to­ta­le­ment ra­té ce trou et com­mis un double bo­guey »