“Prêcher pour sa propre paroie”, “faut qu’on tire tous dans le même bateau” ou “on ne va pas vendre la charrue avant d’avoir les boeufs”. Jean Perron a de la compétition en France.

Source. Via @infomantv.

Des hypothèses?

sergeik

Il y a eu le retour de Michel Therrien. Puis ceux de Michael Ryder et de Jeff Halpern. Force est de constater que la tendance chez Canadien est de rapatrier ses joueurs du passé. Et ça semble bien fonctionner puisque la Flanalette continue de remporter des matchs, sauf contre le Buffalo.

À l’orée de la date limite des échanges, l’occasion serait belle de continuer sur cette lancée en rapatriant d’autres joueurs de l’équipe légendaire de la fin de la dernière décennie, une équipe qualifiée de dynastie chez les propriétaires de bars de la rue Crescent.

Et pourquoi ne pas poursuivre avec Sergeï Kostitsyn? La production du petit gars de la banlieue de Tchernobyl a considérablement augmenté depuis son départ pour Nashville, mais il connaît maintenant une saison plus difficile. Après l’épisode comique où on le voit se lancer à la poursuite du Gatorade sur le banc des joueurs, il est fort à parier que Canadien pourrait l’obtenir pour une bouchée de pain.

Avec les blessures à Bourque, Diaz et Prust (il y a White aussi, mais on s’en sacre un peu), Kostitsyn serait une excellente police d’assurance sur qui jeter le blâme d’une défaite crève-coeur en plus de s’insérer avantageusement dans ce retour vers le futur que Canadien semble tenter de réaliser. Il ne fait aucun doute que Marc Bergevin doit rapatrier Sergeï.

lindros

Via 25stanley.com.

AJOUT : Placement de produit de McDo?

C’est la conclusion de cet article.

[…] le nombre de championnats remportés par toutes les équipes est semblable, mais celui remporté par les équipes du Canadien majoritairement francophones est manifestement atypique en comparaison. Il semble donc que c’est sur un phénomène lié à des caractéristiques des joueurs francophones que repose principalement la tradition gagnante d’exception et de renommée internationale du Canadien de Montréal.

[…]

De nombreuses études ont montré en ce sens que des propriétés inhérentes aux équipes, comme la communication, la coordination et l’efficacité collective, sont positivement liées à la performance. La cohésion en particulier constituerait un facteur déterminant du succès. Plusieurs méta-analyses ont résumé un très grand nombre de recherches effectuées depuis des décennies ayant confirmé le lien étroit qui existait entre cohésion et performance. Généralement, les équipes qui manifestent un haut degré de cohésion gagnent davantage que les autres.

Ça ressemble presque à une chronique d’Yvon Pedneault.

On va s’ennuyer de ça.

Jeffhalpernc

Plusieurs ont avalé leurs pastas de travers en apprenant que Canadien avait réclamé Jeff Halpern au ballotage. Peut-être même que Marc Bergevin trouvait lui-même l’idée farfelue avant de voir que François Gagnon avait twitté que ce serait un bon “fit” (on suppose que Bergevin suit Gagnon sur Twitter). Pourtant, il s’agit encore une fois d’un coup de génie.

C’est que voyez-vous, à part que d’être bon pour réussir des trous d’un coup, Halpern excelle à remporter des mises au jeu. Il est au 11e rang de la Ligne Nationale à ce chapitre.

Or par quoi commence toute pièce de jeu où un gars déjoue tout le monde et loge la rondelle au fond du top net? Eh oui, par une mise au jeu. Remporter le plus de mises au jeu possible constitue une excellente façon de commencer sa journée du bon pied. Comme le disait Pat Lafontaine : “rien ne sert de courir, il faut partir à point en envoyant la rondelle entre ses jambes à son défenseur”.

C’est pourquoi nous croyons que Jeff Halpern est le chaînon qui manquait à Canadien. Le premier maillon de la chaîne en fait. Ne reste plus qu’à s’assurer que les autres maillons ne soient pas victimes de commotions cérébrales.

51Si la vie était un long fleuve tranquille, Canadien serait le nénuphar sur lequel reposeraient les petits de ce monde.

Cette jolie phrase, que vous pourrez lire dans le futur recueil de poésie sportive dans vos librairies dès que d’autres vers nous viendront en tête, est la représentation exacte de ce que Canadien est en passe de devenir dans la Ligne Nationale si Marc Bergevin continue sur sa lancée, soit celle de signer des joueurs de petite (ou très petite) taille.

Lire la suite sur le site du Journal Métro.