Jeffhalpernc

Plusieurs ont avalé leurs pastas de travers en apprenant que Canadien avait réclamé Jeff Halpern au ballotage. Peut-être même que Marc Bergevin trouvait lui-même l’idée farfelue avant de voir que François Gagnon avait twitté que ce serait un bon “fit” (on suppose que Bergevin suit Gagnon sur Twitter). Pourtant, il s’agit encore une fois d’un coup de génie.

C’est que voyez-vous, à part que d’être bon pour réussir des trous d’un coup, Halpern excelle à remporter des mises au jeu. Il est au 11e rang de la Ligne Nationale à ce chapitre.

Or par quoi commence toute pièce de jeu où un gars déjoue tout le monde et loge la rondelle au fond du top net? Eh oui, par une mise au jeu. Remporter le plus de mises au jeu possible constitue une excellente façon de commencer sa journée du bon pied. Comme le disait Pat Lafontaine : “rien ne sert de courir, il faut partir à point en envoyant la rondelle entre ses jambes à son défenseur”.

C’est pourquoi nous croyons que Jeff Halpern est le chaînon qui manquait à Canadien. Le premier maillon de la chaîne en fait. Ne reste plus qu’à s’assurer que les autres maillons ne soient pas victimes de commotions cérébrales.

51Si la vie était un long fleuve tranquille, Canadien serait le nénuphar sur lequel reposeraient les petits de ce monde.

Cette jolie phrase, que vous pourrez lire dans le futur recueil de poésie sportive dans vos librairies dès que d’autres vers nous viendront en tête, est la représentation exacte de ce que Canadien est en passe de devenir dans la Ligne Nationale si Marc Bergevin continue sur sa lancée, soit celle de signer des joueurs de petite (ou très petite) taille.

Lire la suite sur le site du Journal Métro.

Via @pierrecharleboi.

Il est rétrogradé au 4e trio, mais moi je vois ça comme une promotion vers le bas.

Denis Gauthier, qui monte vers le bas

Ce doit déjà être assez humiliant que de porter un uniforme comme celui-là, alors imaginez la honte que de passer dans une promo où Ronald McDonald vous fait le speech de Miracle

dg

C’est tellement plus clair comme ça.

11013688-moscow-march-30-2010--bandy-russian-hockey-team-kuzbas-on-a-semifinal-play-championship-of-russia-ch

Les amateurs de hockey aiment voir des buts se marquer. C’est d’ailleurs pourquoi ils crient fort et tapent des mains lorsque leur équipe compte. Même qu’à l’occasion, ils en échappent leur bière par terre. Il n’est donc pas étonnant que les directeurs généraux de la “Ligne” nationale qui se réuniront demain à Toronto cherchent des solutions pour qu’il se marque plus de buts. Les fans échapperont donc leur bière plus souvent, ce qui renflouera leurs coffres. C’est ce qu’on appelle la loi de l’offre de buts et de la demande de bière.

Il existe plusieurs façons d’augmenter le nombre de buts comptés. On peut agrandir les filets (comme au bandy), réduire l’équipement des gardiens, ou encore laisser P.K. Subban sur la patinoire pendant tout le match. Toutefois, Peter Budaj propose une solution pas mal osée pour marquer plus de buts :

“Si les victoires en temps réglementaire valaient davantage, les équipes se forceraient plus pour marquer des buts. Disons trois points pour une victoire à la régulière et deux pour une victoire en prolongation. Cela ouvrirait assurément le jeu.”

Ainsi donc, pour marquer plus de buts, il suffirait de vouloir le faire. Aussi simple que ça. Dans la nouvelle nouvelle “Ligne” nationale, la victoire n’est plus une motivation suffisante pour arrêter de se pogner le derrière. Il faut que cette victoire soit payante, sinon les joueurs se diront simplement “bah, c’est juste un match de deux points” et se contenteront de domper la rondelle dans le fond de la zone en attendant que le temps passe.

L’idée de Budaj est excellente, mais peut-être ne va-t-il pas assez loin. Pourquoi ne pas donner 3000 points pour une victoire à la régulière et 2000 pour une victoire en prolongation? Les buts et la bière couleraient à flot…


College Basketball Star Heroically Overcomes Tragic Rape He Committed

Une parodie de The Onion toujours d’actualité.