1741188433_1464805211001_vs-1464794108001

Louis Leblanc (et surtout sa madame), a fait les manchettes pendant le camp d’entraînement après avoir été renvoyé dans les mineures. C’est que Leblanc, l’ancien futur Guy Lafleur, poursuivait sur sa lancée de la saison dernière en étant plus ou moins bon lors d’un match hors-concours.

Après quelques matchs plutôt calmes, le voilà toutefois qui reprenait du poil de la bête chez les Bulldogs, récoltant plusieurs points en pas beaucoup de matchs. Enfin, nous disions-nous, peut-être que notre homme allait se réveiller, connaître une bonne saison et devenir le futur ancien Guy Lafleur l’an prochain.

Mais voilà que déjà, en raison des blessures, Leblanc est rappelé par le grand club où il jouera en compagnie de David Desharnais et de René Bourque, un trio avec juste des noms de joueurs québécois.

Est-ce vraiment aider Leblanc que de l’utiliser en compagnie de Desharnais, qui, en plus de tomber tout le temps, n’est plus capable de faire la seule chose qu’il savait faire: de belles passes? Est-ce une si bonne idée que de l’envoyer avec René Bourque, un grand dadais qui est juste bon à “driver” le net, mais qui ne “drive” jamais le net?

Tout ça ressemble plutôt à une rétrogradation pour le petit Louis. Le dernier clou dans le cercueil de sa carrière.

Si deux gars ont l’intention de vouloir se battre, écoute bien là, gardez vos casques, pis allez-y, battez-vous, pis quand ce sera fini on ramassera vos gants pis vous allez avoir chacun cinq minutes. On commencera pas à jouer à la danse à la tutelle, comment t’appelle ça donc, à la dentelle. Voyons, c’est du hockey, come on!

Mario Tremblay, sous tutelle

ovechkin

Une idée originale de Normand Leblond tirée de cette superbe photo.

Dans le même ordre d’idée, si vous l’aviez manqué: Bibi Therrien (via Folklore).

IceTigers Nürnberg - Straubing Tigers

Avec les pertes de Max Pacioretty, Daniel Brière et Brandon Prust, plusieurs partisans de Canadien se demandent ce qu’ils pourraient faire pour sortir l’équipe de son marasme. Pourtant, comme Jean-François Kennedy l’a dit: “Ne vous demandez pas ce que vous pouvez faire pour Canadien, demandez ce que Canadien peut faire pour vous”.

Et ce que Canadien peut faire pour nous, maintenant que l’on sait qu’il est condamné à terminer dans les bas fonds (avec pas de Brière, on n’ira pas loin hein), et bien c’est d’embaucher Simon Gagné qui ronge actuellement son frein dans sa McMansion de Lac Beauport.

Certains diront que Gagné a beaucoup ralenti, qu’il est trop sensible dans le très haut du corps en raison des 28 commotions cérébrales qu’il a subies. À n’en pas douter, Simon Gagné n’aiderait que très peu Canadien. Et c’est exactement pourquoi Bergevin doit en faire l’acquisition.

C’est que voyez-vous, Gagné a servi de comparaison avec Éric Chouinard pendant de nombreuses années parce qu’ils avaient été repêchés en même temps, en première ronde. Toutes ces années à le voir compter des buts pendant que Chouinard était mauvais comme de l’eau de roche. Que Simon Gagné vienne s’éffouarer à Montréal mettrait un baume sur toutes ces années de souffrance. L’amateur expert de Canadien pourrait dire: “Ouin, y’est pas si bon que ça finalement c’te gars-là”. C’est pourquoi il nous faut Simon Gagné à Montréal.

Capture d’écran 2013-10-20 à 11.31.21

The “niggest” goal?

Via Définitivement Pierre.

Nashville Predators v Colorado AvalancheC’était la nouvelle de la semaine dans le monde de ceux qui ne savent pas qui est Denise Filiatrault : Patrick Roy a égalé (et peut-être même battu à l’heure où l’on se parle) le record de six victoires de suite… en début de saison… pour un entraîneur recrue… qui a un «y» dans son nom.

Un record qui occupe une place importante dans les annales de la «Ligne» nationale, à tel point que Mario Tremblay lui-même ne s’en souvenait plus.

Lire la suite sur le site du Journal Métro.