Le Sportnographe

Interdire les blessures dans la Ligne Nationale

PHOTO : CP  BRIAN KERSEY
PHOTO : CP BRIAN KERSEY

Ici, au Sportnographe, on ne se gêne pas pour user de rudesse quand il le faut. Prenez Jean Dion. La dernière fois qu’il est venu faire son tour dans nos bureaux, il allait oublier de payer son 34 cents de cotisation quotidienne pour être membre de l’élite du Sportnographe. Paul n’a fait ni une ni deux et l’a plaqué dans les genoux en se donnant un élan à partir des bureaux de La tête ailleurs.

Jean a été sur le carreau pendant près de trois semaines avec un genou décapsulé et Paul plus de 4 semaines avec des côtes fracturées. Aucun des deux n’ont pu participer à leur tournoi de babyfoot annuel en Côte d’Ivoire.

Dans cet événement en particulier, l’agresseur a reçu une peine équivalente sinon pire que sa victime.

Toutefois, dans la vraie Ligne, ce n’est pas tout le temps le cas. Rarement voit-on une bande se faire retirer pour la même durée que l’athlète qui en a été victime en rentrant dedans.

Est-ce que Laraque sera hors de la patinoire pour les 4 à 6 semaines que Kronwall devra regarder Virginie à la télé à la place de faire des points dans mon pool?

Est-ce que Cammalleri a reçu une suspension pour avoir slappé sur le pied de Gionta?

Évidemment, il deviendrait difficile de mettre au rancart tous ces joueurs, tous ces objets si utiles au hockey. Une rondelle en moins, une baie vitrée enlevée, une lame de patin retirée. Ça ralentit inexorablement le jeu.

C’est pourquoi le Sportnographe, en collaboration avec personne d’autre, se joint au mouvement qu’il a décidé de créer et milite pour une interdiction des blessures dans la grosse Ligne. Ainsi, plus de suspensions inutiles de deux matchs. Plus de délibération devant les magistrats de la NHL.

Règle simple : tu te blesses? tu es suspendu pour la durée de ta blessure.

Point à la ligne. Les joueurs devront ainsi y penser deux fois avant de se blesser.

Merci.

7 commentaires

Laisser un commentaire

  • Si simple et si vrai à la fois. À jouer avec pas de blessure, la grosse ligne réussirait peut-être à obtenir de meilleures auditoires que la pêche à la mouche chez nos voisin austraux.

  • Moi en tout cas je suis bien d’accord pour qu’on suspende Laraque pour 5-6 semaines… Ça lui permettrait de paufiner ses feintes au hockey-balle dans’ rues avec des pitounes…

  • Ben de toute façon, c’est logique de suspendre les blessés, c’est des irresponsables! Benoît Brunet le dit tout le temps que les ceuzes qui se blessent quand qui reçoivent un coude au visage avaient juste à se lever la tête.

  • Mais que faire des blessures au haut du corps? Ces blessures aussi surnoises qu’inexpliquables surviennent souvent lorsque les effectifs sont tous en santé et que ça fait bien de se passer d’un Latendresse (Sainte Flanelle ait son âme) ou d’un Laraque sans avoir à dire aux médias que c’est parce qui sont pourris!

    Devrait-on suspendre dans ce cas le joueur par une partie du corps qu’on veut pas être suspendu pentoute?

  • Avec l’interdiction des blessures, Canadien aurait battu les Boston l’année passée et aurait ramené la Stanley à la maison. ET, il s’enlignerait pour une promenade sur la Catherine encore cette année. Et moi, ben c’est Gionta qui pourrait continué de faire des points dans mon pool. Je suis d’accord avec vous, M. Munger!

  • Pis pour Cammalleri, ça ne serait pas éthique de le suspendre. Pensez-y… ça y est, vous y pensez? Pas éthique, hein? Franchement, le buteur-leader-gros-joueur-même-si-yé-petit-futur-capitaine siiiii attendu. On peut pas le perdre pour des niaiseries comme une blessure!!

  • Où puis-je envoyer mon propre 34 cents de cotisation pour faire partie de votre élite? Je suis prête à vous faire une série de chèque post-datés jusqu’à ce que la Coupe fleurisse dans le salon des frères K.

Archives

Your Header Sidebar area is currently empty. Hurry up and add some widgets.