Catégorie: Chroniques

Le scandale de la sous-utilisation de Galchenyuk et de Gallagher

galchenyuk-gallagher

Il est un temps dans l’année où Canadien a bien de la difficulté à se faufiler dans l’actualité. Et ce temps dans l’année, c’est maintenant. Pourtant, c’est pas comme s’il se passait beaucoup de choses dans le monde. Mais non, nos experts sportifs sont sur les terrains de golf à se faire des jokes de mononcle et personne n’est disponible pour nourrir notre intellect avec des débats d’idées sur la composition du troisième trio. En fait, il ne reste que Réjean Tremblay pour nous parler de sa ride de bécique avec Marcel Aubut et le boss de Radio X, et Yvon Pedneault pour nous dire… euh, rien.

Certains tentent de nous divertir en profitant du soleil radieux devant leur calculatrice afin de nous offrir des statistiques qui viennent confirmer des choses qu’on savait déjà. Que les Maple Leafs étaient chanceux. Que Canadien était pas bon en série. Et maintenant, que Galchenyuk et Gallagher ont été sous-utilisés par Michel Therrien.

Comme si on ne s’était pas plaint à toutes les parties de voir Ryder se gratter le jock-strap sur le powerplay à la place d’un Gallagher qui aurait joué de fougue dans la zone payante. Comme si on ne s’était pas demandé 37 fois pourquoi Travis Moen avait plus de temps de glace que Galchenyuk.

C’est bien gentil, messieurs les statisticiens, de vouloir mettre un peu de Canadien dans notre triste été, mais c’est un échec. Votre scandale est un pétard mouillé. On veut quelque chose de mieux à se mettre sous la dent. Price échangé contre Roberto Luongo. Markov en bobettes avec un des ex-maires de Laval. George Parros qui se fait couper la moustache. Quelque chose. SVP.

Canadien doit s’inspirer du Toronto au chapitre de la chance

David Clarkson; Wendel Clark

Selon une étude scientifique dont on ne comprend pas grand-chose (on l’a lue en diagonale, on va pas commencer à se casser la tête pour du hockey, quand même), le Toronto est l’équipe la plus chanceuse de la Ligne Nationale. En effet, les Maple Leafs excellent dans le nombre de joueurs pas blessés et le nombre de matchs gagnés par un but de différence.

Eh oui, la saison exceptionnellement pas exceptionnelle du Toronto est due principalement à la chance. Mais tout ça devrait changer avec l’embauche d’un joueur de troisième trio, David Clarkson, à 36 millions pour sept ans. Vous savez ce que ça donne lorsqu’on brise le plafond de verre salarial comme ça? Oui, sept ans de malheur.

Mais le Toronto n’a pas besoin de nous pour se ridiculiser. Parlons plutôt de Canadien qui, selon la même étude dont on n’a rien compris, est chanceux de façon normale. La chance ne fut donc pas un facteur lors de sa saison exceptionnellement exceptionnelle. Ses succès sont le fruit de la sueur, des passes pas dans les patins et des lancers top corner.

Si nous ne sommes pas encore sûrs que les additions de Danné Brière et de George Parros amélioreront l’équipe, il y a clairement place à l’amélioration du côté de la luck. Si Canadien pouvait s’inspirer des Maple Leafs et être plus chanceux la saison prochaine, les partisans auraient tout lieu d’être optimistes et de légitimement rêver à une 25e coupe. Espérons que Michel Therrien tiendra compte de ces informations lors du camp d’entraînement…

La moustache de George Parros, sous la table

0019

On tue la Une! Canadien a enfin trouvé le remplaçant à Georges Laraque que tous attendaient en la personne de George Parros. Parros est exactement pareil comme Laraque à la différence qu’il est éduqué. Bien sûr, Laraque a fréquenté Brébeuf (il est un brébovin comme dirait notre ami Fred Savard), mais Parros, lui, est allé à Princeton, comme Carlton dans Fresh Prince of Belair, ce qui n’est pas rien.

Il pourra donc soulager Brandon Prust et sa petite amie de la pression de se casser l’épaule à tous les matchs en donnant des coups de points un peu partout. C’est donc une excellente nouvelle pour les amateurs de boxe. Quant aux amateurs de hockey, ils devront attendre l’abolition des bagarres dans 17 ans pour se réjouir.

Mais au-delà de tous ces aspects superficiels, une seule chose fait de Parros un coup de génie de la part du génie Marc Bergevin: sa moustache. Parros est pas pire en matière d’intelligence, pas trop mal en matière de fesser dans des faces, pourri lorsqu’il est question de jouer au hockey, mais quand on parle de moustache, personne ne peut le battre.

On avait déjà Gionta qui était bon pour être petit, Markov qui était le champion d’avoir un genou scrap et David Drewiske un professionnel dans l’art de faire oublier qu’il existe, mais il manquait à Canadien une moustache de calibre international. La moustache de Parros, sous la table. La moustache de Parros, sur la table. Canadien premier dans l’Est.

P.S.: Si quelqu’un sait qui est le Philippe Lefebvre donné par Canadien en retour de Parros, prière de nous écrire.

Daniel Brière, on t’aaiiiiiiimmmmmeeeeee!!!!!

75916_large

Voilà, c’est fait, Canadien a embauché Daniel Brière dans ce qui deviendra l’une des plus belles acquisitions du siècle.

Peu importe que Brière eût refusé les millions de Canadien il y a cinq ans, préférant jouer sous le chaud soleil de Philadelphie. Parce que c’était la faute de son épouse, à ce qu’il paraît. Mais comme l’explique François Gagnon ce matin, Brière a depuis « réorienté [sa] vie conjugale », et il est maintenant libre d’aller troller sur Crescent sans risquer l’opprobre de sa madame.

Peu importe si lui et son club sont venus mettre fin au printemps Halak en séries il y a trois ans. Il aura rendu service à Canadien au bout du compte puisque Halak n’est plus très bon et que Lars Eller est appelé à prendre la relève de Tomas Plekanec qui sera bientôt échangé contre plein de joueurs d’avenir plein d’avenir. Brière nous aura permis de réaliser ça.

Peu importe s’il a changé son nom pour Danny, laissant croire qu’il reniait ses origines afin de mieux fitter aux States. Nous on le sait que c’est juste pour ne plus être confondu avec le comédien dans l’émission Les Parents, que Daniel est devenu « Danné ».

Peu importe tout ça. Parce que Brière jouera maintenant pour Canadien, ce qui fait de lui une bien meilleure personne. Daniel, t’es le meilleur!

Christian Thomas, Jarred Tinordi et… Paulina Gretzky?

7472643

Plusieurs se sont désolés que Vincent Lecavalier ait finalement décidé de se joindre aux Flyers plutôt qu’à Canadien, parce que, semble-t-il, Lecavalier n’était pas prêt à attendre jusqu’à jeudi pour que Bergevin lui fasse de la place, inquiet qu’il était pour la sécurité financière de sa famille. Or nous du Sportnographe sommes plutôt d’avis que Lecavalier aurait complètement brisé la chimie des petits joueurs de centre de l’équipe en plus de voler du temps de glace à Lars Eller qui est un peu justement, le Lecavalier danois.

C’est une autre nouvelle qui a plutôt attiré notre attention: l’échange de Danny Kristo et de ses orteils gelés contre Christian Thomas, le fils de Steve Thomas. Après avoir échoué à repêcher le fils de Tie Domi et après que Blake Geoffrion se soit cassé la tête, il ne restait que Jarred Tinordi et il fallait bien trouver un autre fils d’ancien joueur pour insuffler un peu plus de tradition dans cette équipe. Surtout que de la tradition, c’est dur à insuffler.

On peut toutefois se demander quelle sera la prochaine étape. On avait pensé au fils de Guy Lafleur, mais selon nos sources, il ne serait pas disponible. Ne reste donc plus que Paulina Gretzky. Il s’agira pour certains d’une idée saugrenue, mais lorsqu’on y réfléchit bien, la fille de Wayne pourrait sûrement être aussi efficace que Subban pour déconcentrer l’adversaire. Suffirait de la poster à un bon endroit près du banc adverse pour obtenir des résultats rapides. Et ça ne compterait même pas sur la masse salariale.

Bergevin n’aurait donc plus besoin de se chercher une petite peste pour le troisième trio et pourrait se concentrer à embaucher un gros joueur d’attaque comme Guillaume Latendresse.

Zachary « Fuck-all » Fucale, gardien numéro 1?

Mooseheads-vs-Wildcates-2013-DSC_4324

Hier avait lieu le repêchage de Canadien (et accessoirement, de la LNH), qui a choisi en première ronde un boeuf de l’ouest comme dans l’temps, mais qui ne vient pas de l’ouest vraiment. Mais nous n’avons que faire de ce Michael McCarron (c’est comme « Caron », mais irlandais). Parce que la grosse prise de ce repêchage est sans contredit Zachary Fucale.

Nous avions bien sûr prédit que Canadien allait le choisir tant le potentiel de controverse était grand. Attendez-vous à voir bientôt des experts se demander si Fucale ne devrait pas remplacer Price comme gardien numéro 1. Ah pis non, pourquoi attendre quand vous avez nous pour dire des affaires pas d’allure avant tout le monde?

Le petit Zachary vient de connaître deux saisons du tonnerre dans le hockey junior. Il a obtenu 45 victoires et seulement 5 défaites l’an dernier avec un club boosté devant lui, ce qui n’est pas sans rappeler le bon vieux temps de Canadien des années 1970. En plus, il vient de Rosemère, une des plus belles villes du monde après Laval.

D’ici quelques mois, lorsque Price sera un peu nonchalant autour du filet, personne ne paniquera. Parce qu’on saura que « Fuck-all », comme certains se plaisent déjà à le surnommer, n’est pas bien loin et que la controverse des gardiens de but est sur le point de reprendre du service. Parce qu’au fond de nous, on sait bien que l’an prochain, Carey Price aura perdu son titre de numéro 1.

Coupe à Chicago: Canadien officiellement les plus mauvais

AFP_130624_19055_jonathan_toews_sn635

Selon nos sources généralement bien informées dans le domaine des autres équipes de la Ligne Nationale, le Chicago aurait remporté hier la Coupe Stanley. On pourrait bien sûr se réjouir que ce ne soit pas les-maudits-Bruins-à-marde qui aient mis la main sur le précieux trophée, mais derrière cette consolation de façade se cache une réalité beaucoup plus sombre.

C’est que voyez, comme l’a expliqué Normand Leblond sur un réseau social bien connu, « Canadien a finalement perdu contre un club qui a perdu contre un club qui a perdu contre un club qui a perdu en finale », ce qui fait de nos favoris la pire équipe de la vraie saison.

Alors que les années précédentes, on pouvait se rassurer en se disant que la Flanalette avait perdu contre une équipe qui s’était rendue loin en séries, il ne reste plus rien cette année pour jouer aux mauvais perdants. À part peut-être le but avec le pied de Zaiebanelfnazideblajab. Mais comme dirait Michel Therrien: pas d’excuses, genre.

Ce qu’il y a de plus triste dans tout ça, c’est que malgré que les séries soient la vraie saison, le rang au repêchage est déterminé principalement par les résultats de la fausse saison, là où Canadien, pour une raison qui échappe aux plus experts des experts, a bien joué. Marc Bergevin devra donc se contenter de sélectionner un défenseur qui jouera avec les Rangers ou un russe qui ne passera jamais à l’ouest. L’avenir est sombre, chers amateurs de sport…

Canadien ne choisira pas Seth Jones (ce sera plutôt Chris Bigras)

011513_jones

La nouvelle en a surpris plus d’un: Joe Sakic, le Vice-président-Quelque-chose de l’Avalanche du Colorado aurait confié au Denver Post que son équipe n’allait pas sélectionner le défenseur Seth Jones avec leur premier choix au prochain repêchage. Or, Seth Jones, en plus d’être considéré meilleur espoir de cette cuvée, est originaire du Colorado. C’est comme si Canadien avait annoncé avant le repêchage de 2009 qu’il n’allait pas choisir Louis Leblanc. Bien sûr, l’équipe s’en porterait mieux, mais ça aurait certainement engendré de violentes émeutes.

Comme nous n’avons rien à envier au Denver Post en matière de journalisme d’enquête, nous avons aussi appris de source sûre qui oeuvrent dans le domaine de la spéculation que Canadien non plus ne choisira pas Seth Jones. Vous l’aurez appris ici en primeur. Notez toutefois que si Bergevin échange son premier choix et Travis Moen contre le premier choix de l’Avalanche, il est possible que nous effacions cette chronique des internets.

Nous y reviendrons sans doute d’ici le repêchage, mais selon nos savants calculs, Canadien devrait plutôt mettre la main sur Chris Bigras, un gars qu’on sait pas trop c’est qui et qui a le nom parfait pour devenir un flop avec la Flanalette. Ne trouvez-vous pas que Chris Bigras, ça sonne un peu comme Brent Bilodeau?

Il paraît que Subban va coûter cher (genre 13,000,924$ par saison)

2013 NHL Awards

Les commentateurs de l’actualité sportive de Canadien ont été nombreux à donner leur opinion sur le nouveau récipiendaire du trophée Norris, Pernell-Karl Subban. Il faut dire qu’il y a peu à nous mettre sous la dent en matière de sport par les temps qui courent, le turban n’étant pas particulièrement à la mode chez les joueurs de hockey.

Est-ce que P.K. méritait le trophée? Les avis divergent. Mais il y a une chose sur laquelle tous les experts sont d’accord: Subban va bientôt ramasser le motton. C’est que voyez-vous, votre défenseur favori est, justement, votre défenseur favori. Et un défenseur favori, ça coûte cher.

On peut déjà prévoir le salaire annuel de Subban à l’aide de certains critères. D’abord, le défenseur voulait l’été dernier avoir le même salaire que Drew Doughty, soit environ 7 millions par années. Avec le Norris, il faudra sans doute ajouter un bon 2 millions à cette somme, puisque Doughty n’a jamais remporté cet honneur.

En plus, comme le veut la légende, il est difficile d’attirer des joueurs à Montréal et Bergevin devra donc ajouter une prime pour convaincre son poulain de vivre dans une ville dont le maire est en prison. Nous voilà rendus à 10 millions. Mais Subban a une autre corde à son arc, soit sa capacité de dire une phrase en français, comme lors de la remise de son prix. Voilà qui devrait faire augmenter son salaire d’au moins 3 millions et lui donner une sérieuse option sur le titre de capitaine de Canadien lorsqu’on se sera rendu compte que Gionta est trop petit pour la « ligne ».

Ce qui nous donne donc 13 millions par année. Ajoutons à ça, en bonus, une passe mensuelle de la STM à 77$ et nous avons un Subban à 13,000,924$ par saison. Peut-être que Marc Bergevin n’aurait pas dû réembaucher Davis Drewiske si rapidement…

La LNH à Sherbrooke: vers une Castors Nation?

SherbrookeCastors

Vous le savez, nous du Sportnographe militons activement pour un retour des Maroons de Montréal, et ce, depuis 2006. Parce qu’une équipe de plus forcerait Canadien à se dépasser en plus de lui redonner sa vocation d’antan, soit celle de représenter les Canadiens français. C’est d’une logique implacable.

Or voilà qu’une très sérieuse étude du statisticien Nate Silver nous apprend qu’un retour des Maroons serait souhaitable. Le gars a quand même prédit avec justesse les résultats des 50 états lors des dernières élections américaines, alors il faut accorder de l’importance à ses propos (surtout qu’ils fittent avec notre théorie).

Mais ce n’est pas tout. Semble-t-il que le marché de Sherbrooke serait aussi plus intéressant en termes de fans de hockey que ceux de Tampa, Raleigh ou Nashville. Est-ce à dire que les Castors de Sherbrooke sont sur le point de renaître dans la « Ligne » Nationale? S’en va-t-on vers une Castors Nation (prononcez Castorzz Natieune)? Euh, non.

C’est là que l’on constate les limites de Nate Silver. Clairement, ce gars-là ne connaît rien au hockey. Les 279,230 fans de Sherbrooke ne sont pas fans de hockey, ils sont fans de Canadien. D’ailleurs, il est presque plus long de se rendre au Centre Bell à partir du bout de la rue Sherbrooke Est qu’à partir de la ville de Sherbrooke. Aucune équipe ne pourra s’installer dans un périmètre de 200km de la meilleure franchise au monde entier de l’univers. À moins que ce ne soit un club de maudits anglais comme les Maroons.

1 2 3 4 5 120